/sports/football/rougeetor
Navigation

Une Coupe Vanier très convoitée

La reprise de la finale de 2017 entre Western et Laval a fait exploser les ventes pour le match

Christian Côté, président du comité organisateur de la Coupe Vanier, était accompagné de Julie Dionne, directrice des activités sportives de l’Université Laval, lundi, pour la présentation des détails entourant l’événement de samedi au PEPS.
Photo Stevens Leblanc Christian Côté, président du comité organisateur de la Coupe Vanier, était accompagné de Julie Dionne, directrice des activités sportives de l’Université Laval, lundi, pour la présentation des détails entourant l’événement de samedi au PEPS.

Coup d'oeil sur cet article

Le comité organisateur de la 54e édition de la Coupe Vanier a poussé un soupir de soulagement quand le Rouge et Or de l’Université Laval a remporté la coupe Dunsmore face à ses grands rivaux de Montréal.

Pour ajouter la cerise sur le sundae, les Mustangs de Western ont eux aussi obtenu leur billet pour la rencontre ultime et ainsi confirmé la reprise de la Coupe Vanier 2017 qui s’était soldée à l’avantage des champions de l’Ontario.

«Nous avons effectivement poussé un soupir de soulagement, a confirmé le président du comité organisateur, Christian Côté. L’événement est plus facile à vendre quand le Rouge et Or participe au match.»

«Si les Carabins avaient gagné la coupe Dunsmore, on aurait été très heureux de les accueillir, poursuit Côté. On l’aurait fait avec respect et panache comme ce fut le cas en 2015. Comme comité organisateur, on doit sortir de nos souliers de partisans et offrir le meilleur événement possible aux deux équipes»

Julie Dionne abondait dans le même sens. « C’est le scénario idéal que Laval et Western se retrouvent en finale, a souligné la directrice du Service des activités sportives de l’Université Laval. Sans vraiment en parler, on le souhaitait dans notre for intérieur. Les deux meilleures équipes vont s’affronter.»

La victoire prévisible du Rouge et Or à la Coupe Uteck a fait sonner les lignes téléphoniques.  Dans les quelques heures qui ont suivi le match, on a vendu 1000 billets, a mentionné Dionne. Nous avons environ 10 000 billets vendus pour le moment. On serait satisfaits si on avait une foule de 13 000 personnes et je serais vraiment, vraiment heureuse si on atteignait la marque des 18 000 amateurs.»

Banquet au Centre Vidéotron

Parce que la salle de bal du Hilton n’était pas disponible, le comité organisateur tiendra le banquet des étoiles canadiennes au Centre Vidéotron, jeudi soir. «On voulait créer l’effet wow, a imagé Dionne. On veut créer un spectacle autour du match.»

«L’attrait est grand pour le Centre Vidéotron et on voulait faire vivre aux participants une soirée dans un édifice de calibre de la LNH. On se servira des gradins pour certaines choses et les joueurs auront droit à des surprises.»

L’Université Laval accueille la Coupe Vanier pour la 5e fois de son histoire. La plus facile de l’histoire compte tenu de l’expérience acquise au fil des ans? «Le plus gros défi était de se faire confiance mutuellement, a confié Côté. Les dirigeants ont changé à la tête de USports depuis la dernière présentation en 2015. Pour les gens du comité, les employés et les bénévoles, c’est presque devenu une routine tellement ils sont compétents.»

En raison de la rotation, les gagnants de la Coupe Mitchell seront l’équipe hôte. Le Rouge et Or sera donc vêtu de blanc et présenté à la foule en premier.

Un botteur des Condors choisit Laval

Christian Côté, président du comité organisateur de la Coupe Vanier, était accompagné de Julie Dionne, directrice des activités sportives de l’Université Laval, lundi, pour la présentation des détails entourant l’événement de samedi au PEPS.
Photo courtoisie

Le botteur et receveur des Condors de Beauce-Appalaches a confirmé sa décision au cours des derniers jours. Son choix final s’est porté entre le Rouge et Or et les Gaiters de Bishop’s.

«J’ai vraiment aimé ma visite, a expliqué Bolduc. Quand j’ai commencé à jouer au football, je rêvais au Rouge et Or. Le facteur le plus important est que je veux étudier en sciences de la consommation et que le cours se donne seulement à Laval.»

«J’ai aussi longuement considéré Bishop’s, de poursuivre le Beauceron. Je me suis entraîné cet été avec leur entraîneur des botteurs Daniel Paquette et nous avons développé une bonne relation. J’ai aussi visité McGill.»

Élu sur l’équipe d’étoiles de la Division 2 comme botteur, Bolduc pourrait retrouver à Laval Dominic Lévesque. Les deux sont natifs de Saint-Georges et ont évolué pour les Dragons. «Dominic est éligible pour le repêchage en mai et je lui souhaite de percer la LCF dès l’an prochain, a-t-il souligné, mais sinon il me servira de mentor et j’apprendrai de lui. Le Rouge et Or utilise deux botteurs et c’est une bonne chose parce que tu n’as pas le choix de donner ton 100 pour cent.»

Bolduc a surpris l’entraîneur-chef Glen Constantin quand il lui a dit qu’il était prêt à laisser tomber son rôle de receveur pour se concentrer sur le travail de botteur. «Il a été surpris, mais je suis prêt à faire les deux. J’occuperai le rôle qu’ils me confieront. Ils aiment ma patte de botteur, mais aussi mes qualités athlétiques comme receveur. Mon expérience en athlétisme à l’école secondaire m’a aidé beaucoup à développer ma vitesse qui est ma force.»

Marc Loranger estime que Bolduc est prêt à évoluer au prochain niveau comme botteur. «Nathan était de loin le meilleur botteur du circuit et il n’y a aucun doute qu’il est prêt à effectuer les dégagements dans le réseau universitaire, a souligné l’entraîneur-chef Marc Loranger qui a paraphé une nouvelle entente de trois ans avec les Condors après avoir frappé en relève pendant la saison morte. Comme receveur, il doit polir son jeu et il a beaucoup de travail, mais tu ne peux pas enseigner la vitesse. Il a un gros potentiel et, à mes yeux, Nathan est un assez bon athlète pour devenir un bon receveur.»