/news/education
Navigation

Stages rémunérés: 3000 étudiants en grève à l'UQAR; les cours suspendus

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI – Plus de 3000 étudiants de l’Université du Québec à Rimouski sont en grève pour trois jours afin de faire pression pour demander des stages rémunérés. Ils étaient près d’une centaine à faire du piquetage mardi matin aux entrées de l’université.

L’établissement est le seul au Québec où les étudiants de l’ensemble des programmes sont en grève.

«On demande qu’il y ait un programme gouvernemental pour rémunérer tous les stagiaires équitablement et qu’on reconnaisse que le travail qui est fait par les étudiants est du vrai travail», a expliqué Marie-Ève Lajeunesse-Mousseau, vice-présidente à l’Association générale des étudiants du Campus de Rimouski (AGECAR).

Différentes activités de mobilisation sont prévues au cours des prochaines heures et des prochains jours.

Un peu moins de 100 étudiants ont participé à une manifestation mardi après-midi, dans les rues de Rimouski.

«Avec les stages, les études si en plus on doit travailler pour arriver à la fin du mois, ça ne marche pas, on va perdre quelque chose quelque part, des heures de sommeil, de la nourriture, des heures de sommeil», a lancé une étudiante en littérature.

Les étudiants continuent leurs moyens de pression

Lundi le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, invitait les étudiants à cesser leurs moyens de pression, indiquant qu'il travaillait déjà sur le dossier. Mais pour l'AGECAR, pas question d'arrêter.

«Tant mieux s'il se penche déjà sur le dossier, c'est une bonne nouvelle, mais en attendant on continue les moyens de pression pour s'assurer qu'il prenne la bonne décision après y avoir pensé», a souligné la vice-présidente de l'AGECAR.

Des stages «exigeants»

Plusieurs programmes offerts à l’UQAR exigent la réalisation de plusieurs stages.

«Travailler en même temps que nos stages, c'est difficile, a expliqué une étudiante en enseignement à l'UQAR. Je ne travaillerai pas pendant mon dernier stage parce que la charge est trop lourde. Mes parents m'aident beaucoup, donc je ne ressens pas de détresse, mais ce n'est pas tout le monde qui a cette chance.»

Les cours ont été suspendus mardi. Pour ce qui est des deux prochains jours de grève, la direction va réévaluer la situation chaque jour.