/opinion/columnists
Navigation

SPVM: la victime est fautive

SPVM: la victime est fautive

Coup d'oeil sur cet article

***Cette chronique est le coup de cœur de la rédaction

 

La semaine dernière, un poste de quartier du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a relancé, puis retiré, une campagne de sensibilisation sur les agressions sexuelles datant de 2012.

Cette campagne désigne la consommation d’alcool des femmes comme raison de leur continuelle agression. En effet, c’est bien connu: l’alcool discrédite les victimes d’agressions sexuelles tandis qu’il excuse les agresseurs. Reconnaissez le sarcasme, s’il vous plaît.

Bonnes intentions

Tout de même, peu importe les intentions du SPVM, en faisant circuler une telle campagne, il ne fait qu’encourager ce genre de réflexion. C’est grâce à ces fausses représentations de la réalité que l’on maintient, en tant que société, la culture du viol, où les victimes sont à blâmer pour leurs agressions. C’est ainsi qu’une jeune fille a été discréditée lors du procès de son présumé agresseur en raison des sous-vêtements qu’elle portait.

C’est avec ce genre de bonnes intentions que les victimes d’agressions sexuelles ne dénoncent pas. L’impact est encore pire lorsque ces bonnes intentions sont commises par des corps en position d’autorité. Quelle victime d’agression sexuelle ira porter plainte à un service de police qui ne croit pas fondamentalement qu’elle n’y soit pour rien, que la faute n’est portée que par l’agresseur?

Perte de confiance

Selon des études, 41% des plaintes d’agressions sexuelles mènent à des accusations, 12% des accusés sont reconnus coupables et seulement 7% reçoivent une peine d’emprisonnement. Tout pour croire en notre système de justice.

À la suite du mouvement #Metoo de l’année dernière, la dénonciation d’agressions sexuelles a bondi de 21% au Québec. Par contre, si le corps policier continue d’user de telles méthodes, ce genre de mouvement ne sera pas suffisant.

Il est grand temps que nous responsabilisions les agresseurs au lieu des victimes. Ce n’est certainement pas avec des campagnes de sensibilisation portant des slogans comme «Je sors avec ma gang, je repars avec ma gang» que l’on fera de grandes avancées dans la déconstruction de la culture du viol.

Un an après #Metoo, nous n’avons rien appris, semble-t-il.

 

Cette chronique est en lien à la semaine de Réjean Tremblay:

 

Votez pour votre novice préféré du 3 au 9 décembre, qui se méritera un contrat de chroniqueur au sein du Journal.

 


Mentors X Novices - lundis et jeudis en baladodiffusion sur qub.radio
Les Novices : l’émission - samedis matins de 10h à 11h sur qub.radio
Les chroniques écrites – sur les sites du Journal de Montréal et du Journal de Québec et dans les journaux
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.