/weekend
Navigation

«J’ai zéro complexe par rapport aux jeunes humoristes»

Mario Jean présentera son sixième spectacle, cinq ans après Moi, Mario, le précédent.
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Mario Jean présentera son sixième spectacle, cinq ans après Moi, Mario, le précédent.

Coup d'oeil sur cet article

Mario Jean reviendra cet hiver avec un sixième spectacle solo, Aller de l’avant. Même si la concurrence en humour est plus forte que jamais, le comique de 53 ans n’est pas inquiet pour sa nouvelle tournée. « La meilleure route à prendre, c’est par en avant », dit-il.

Avant de lancer son spectacle précédent, Moi, Mario, Mario Jean s’était remis en question. L’humoriste se demandait alors où était sa place dans le paysage humoristique québécois après plus de 20 ans de carrière.

« Ç’a été une crise existentielle un peu plus forte, reconnaît-il. À cause du marché qui a changé, à cause des jeunes. Mes repères depuis 20 ans n’étaient plus là. J’ai presque failli me faire prendre au piège de vouloir renouveler mon public. »

Retombé en amour

Après avoir déjà vendu 300 000 billets pour une tournée, il en a écoulé 100 000 pour Moi, Mario. « Il a fallu changer toute notre approche. Mais à la fin de la tournée, j’ai trouvé que c’était une maudite belle opération. J’ai tripé. »

Une série de spectacles en Ontario et au Nouveau-Brunswick lui a aussi donné un regain d’énergie. « Je suis retombé en amour avec le métier là-bas, dit-il. J’ai joué dans des petites places où il y a des communautés francophones. »

Cinq ans plus tard, Mario Jean est prêt à lancer son nouveau spectacle, Aller­­­ de l’avant. « En lançant un sixième one-man-show, tu te poses des questions sur où est rendu le monde, dit-il. Ce n’est pas joyeux. Mais la meilleure route à prendre, c’est par en avant. Même si je suis un grand nostalgique, pour moi, le bonheur est par en avant. »

Pas menacé

Ce nouveau spectacle, Mario Jean l’écrit tout seul, pour l’instant. Et il n’a pas non plus de metteur en scène. « J’ai le luxe d’avoir le temps de roder, dit-il. Pour la mise en scène, je me suis rendu compte en rodage que ça se faisait tout seul. »

Même si la relève en humour a explosé ces dernières années, Mario Jean ne se sent pas menacé par les plus jeunes. « Je n’ai pas de stress par rapport aux jeunes humoristes, dit-il. Je compare mon show et le leur et j’ai zéro complexe. Mais ils m’inspirent aussi. Je n’essaie pas de les copier, mais il faut suivre le courant. »

Son nouveau spectacle de 1 h 40 sans entracte sera encore plus punché et rapide que les précédents. « J’ai regardé mon premier spectacle l’autre jour et je trouvais ça tellement lent ! On n’est plus là. Il faut accélérer notre affaire. Ce ne sont pas les jeunes qui m’ont montré ça, c’est la vie. On regarde des séries de 13 épisodes en une fin de semaine. Tout va plus vite. »

Consentement et sacres

Dans Aller de l’avant, Mario Jean parlera du consentement sexuel, un thème directement lié au mouvement #MoiAussi de l’automne dernier. « Je trouvais ça important de faire un numéro là-dessus », dit-il.

Il fera aussi un numéro dans lequel il parle d’arrêter de sacrer. « Maintenant, chaque fois que je vais sacrer dans le show, je vais mettre deux dollars dans un pot et je vais donner ça à Mira à la fin de la tournée. Je remets ainsi dix dollars par spectacle. »

Père de deux garçons de 24 et 20 ans, qui habitent encore dans la maison familiale, Mario Jean parlera également de cette situation dans son spectacle. « J’en profite pour rire aussi de cette génération-là qui est tout le temps sur son cellulaire. »

Télé et théâtre

En plus de son métier d’humoriste, Mario Jean se laisse une belle place pour différents projets comme comédien. Il joue présentement dans la nouvelle série Léo, sur Club Illico, et reprendra le tournage des Pays d’en haut dans quelques jours.

« Je retourne aussi au théâtre l’été prochain pour jouer dans la pièce Un souper d’adieu, avec Marcel Lebœuf et Anne Casabonne. Ce sont des projets que je prends parce que je m’amuse. Mais si on me demandait de choisir entre le théâtre et l’humour, je prendrais l’humour. Mon cœur est là. »


Mario Jean présentera Aller de l’avant le 4 avril, à la Salle Albert-Rousseau de Québec, et le 17 avril, au Théâtre St-Denis. Pour toutes les dates : mariojean.com