/lifestyle/books
Navigation

Janette Bertrand : «On a raté l’éducation sexuelle des jeunes»

Janette Bertrand : «On a raté l’éducation sexuelle des jeunes»
Photo d'archives Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

Parce que le sujet de la sexualité l’a toujours intéressée et intriguée, Janette Bertrand a souhaité faire une mise au point sur la sexualité d’aujourd’hui en abordant des thèmes assez tabous, comme la transsexualité, la sexualité chez les divorcés, mais aussi celle des personnes âgées. Tout au long de son livre, «Vous croyez tout savoir sur le sexe?», Janette pose des questions simples et directes à Michel Dorais, qui lui répond clairement et franchement.

Même si elle n’a plus d’émissions à la télévision, Janette Bertrand continue de faire son travail d’éducation tout en brisant les tabous et en faisant avancer la société. Pour son nouveau livre, «Vous croyez tout savoir sur le sexe?», elle voulait simplement faire un état des lieux de la sexualité au Québec au XXIe siècle.

«On ne voulait pas que ce soit un livre pour les universitaires, mais plutôt un livre pour tout le monde. On l’a construit comme une conversation, comme si on était assis dans un salon. Le lecteur est à côté de nous et il apprend des choses au fur et à mesure de sa lecture.»

Bien entendu, Janette connaissait une partie des réponses aux questions qu’elle a posées à Michel Dorais, sociologue de la sexualité.

«Mais il y a aussi des choses que j’ai apprises en écrivant le livre. Quand on parle de diversité sexuelle, il y a peu de gens qui sont au courant de ce que c’est exactement. C’est un chapitre très instructif, y compris pour moi.»

À l’inverse, Janette a posé une question plus difficile à Michel Dorais: que doivent faire les parents qui surprennent leur enfant en train de se masturber?

«La bonne réponse, c’est de fermer la porte en s’excusant et d’en reparler plus tard s’il y a lieu, explique le spécialiste. Madame Bertrand avait aussi des questions plus complexes: comment réagir quand on est trompé? Ou comment réanimer ou entretenir le désir dans le couple?»

Une éducation à revoir

Janette Bertrand voulait aussi montrer aux parents que les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas plus délurés que ceux d’avant.

«Les jeunes parents pensent que tout le monde couche avec tout le monde, mais ce n’est pas vrai. Les jeunes ne font pas l’amour avant 17 ans, ce qui est l’âge moyen du premier rapport sexuel depuis 50 ans. On voulait mettre la sexualité à jour et exposer ce qui se passe réellement aujourd’hui.»

Par contre, elle a été surprise de constater que les questionnements des jeunes restent les mêmes.

«La grande question des petits garçons concerne encore la longueur de leur pénis, et la principale préoccupation des filles reste la peur de tomber enceinte. On a raté l’éducation sexuelle à la maison. Au fur et à mesure de leurs questions au fil des ans, les parents devraient leur répondre simplement. On a aussi raté l’éducation sexuelle à l’école.»

Janette Bertrand pense d’ailleurs que l’éducation sexuelle n’incombe pas aux professeurs;

elle devrait être faite par des gens formés et expérimentés dans ce domaine.

«Ça pourrait être une infirmière ou un sexologue. Ça représente cinq heures de cours par an au primaire, et 15 heures au secondaire. Il faut que ce soit fait par quelqu’un de formé et qui soit une référence pour les jeunes. C’est l’ignorance qui fait en sorte que les jeunes ne mettent pas de condom; ils pensent que les ITSS (NDLR: infections transmissibles sexuellement et par le sang, anciennement MTS), c’est juste pour les autres.»

L’autre organe sexuel

Le livre met aussi en lumière un fait qu’on oublie souvent: le cerveau est le principal organe sexuel.

«C’est toujours bon de le rappeler, insiste Michel Dorais. Depuis plus d’un an, avec le mouvement #MeToo, on entend beaucoup de gens qui disent que la sexualité est guidée par les hormones et qu’on n’a aucun contrôle là-dessus. Mais c’est complètement faux. Je ne dis pas que nos gènes ne jouent aucun rôle, mais c’est le cerveau de chacun qui décide de passer à l’action. La sexualité, c’est de la biologie, mais c’est surtout des rapports humains. D’ailleurs, ce livre n’est pas un livre de sexologie. On parle très peu de ce qui se fait dans le lit, mais de tout ce qui se fait avant et après.»

S’il reste encore un gros tabou pour Janette, c’est celui de l’égalité entre les hommes et les femmes.

«Les hommes ont été des dominants depuis l’homo sapiens, parce qu’ils étaient plus forts pour aller à la chasse. À l’inverse, les femmes ont toujours été dominées. Aujourd’hui, alors qu’elles essaient d’obtenir l’égalité, les hommes ne veulent pas leur laisser la place, y compris ceux qui disent le contraire. Ça se comprend, les hommes pensent avoir des droits acquis, parce que ç’a toujours fonctionné comme ça. Mais je ne pense pas que les femmes veulent faire comme les hommes; elles veulent faire autrement tout en étant au même niveau.»

Les personnes âgées aussi

L’auteure en profite aussi pour évoquer quelque chose qui lui tient à cœur : la sexualité chez les personnes âgées.

«C’est un tabou pour beaucoup de monde, mais il faut en parler. D’ailleurs, j’ai toujours envie d’aborder des sujets dont personne ne parle! (rires) À mon âge, si on n’est pas mort, on est vieux. Je voulais remettre les pendules à l’heure à ce sujet.»

À 93 ans, Janette Bertrand est peut-être plus âgée, mais elle n’en est pas moins active.

Son livre est à peine sorti qu’elle travaille déjà sur le prochain, prévu pour 2019.

«Je travaille sur un essai, mais il est trop tôt pour en parler. Je pense que j’ai des choses à dire avant de mourir.»

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions