/sports/football/rougeetor
Navigation

Une fin de rêve pour Richard

Le quart-arrière du Rouge et Or termine sa carrière universitaire comme il l’espérait

Hugo Richard a conclu son parcours universitaire en remportant la coupe Vanier et le trophée Ted Morris remis au joueur par excellence.
Photo Didier Debusschère Hugo Richard a conclu son parcours universitaire en remportant la coupe Vanier et le trophée Ted Morris remis au joueur par excellence.

Coup d'oeil sur cet article

Hugo Richard n’aurait pu imaginer un meilleur scénario. À son dernier match avec le Rouge et Or, le pivot de 5e année a connu l’un de ses meilleurs matchs en carrière pour remporter le trophée Ted Morris décerné au joueur par excellence et une deuxième coupe Vanier.

« Terminer comme ça, c’est inespéré, a avoué Richard. Je suis vraiment content. C’est la façon dont je voulais finir ma carrière. Nous avions l’opportunité de gagner à la maison et nous l’avons fait. C’est incroyable. »

L’heure était aux célébrations après le match et la coupe Vanier a été brandie par les joueurs heureux de la tournure des événements.
Photo Didier Debusschère
L’heure était aux célébrations après le match et la coupe Vanier a été brandie par les joueurs heureux de la tournure des événements.

« Je ne sais pas si je me suis mis de la pression, mais je n’ai rien laissé au hasard, de poursuivre Richard. Je me suis bien préparé et tout le monde a fait la même chose. On s’attendait à bien bouger le ballon. Les receveurs se sont bien démarqués et ils ont réussi des attrapés contestés. La ligne offensive a bien protégé. Tout s’est bien déroulé. »

Belle énergie

Auteur d’une réception de 45 verges sur le premier jeu du match qui a mené au touché de Vincent Forbes-Mombleau sur le jeu suivant, Jonathan Breton-Robert rayonnait. « C’est incroyable ce qu’on vit, a exprimé le demi inséré qui a capté sept passes pour 154 verges. On voulait les attaquer en partant et on l’a fait. On les a surpris. Cela a donné le ton en partant et la foule a embarqué. L’énergie était là. »

Alexis Côté (# 30) a scellé l’issue du match au quatrième quart en marquant un touché qui faisait alors 34-13.
Photo Didier Debusschère
Alexis Côté (# 30) a scellé l’issue du match au quatrième quart en marquant un touché qui faisait alors 34-13.

Au quatrième quart, Breton-Robert a réussi tout un attrapé du bout des doigts en plongeant pour fermer les livres. Sa réception de 41 verges a pavé la voie au touché d’Alexis Côté sur une course de sept verges qui portait le pointage 34-13 avec moins de six minutes à écouler. « Le party pouvait commencer, a-t-il illustré. Je savais que j’étais libre, mais la passe était loin et j’ai couru le plus vite possible. C’est incroyable de gagner à la maison. Je n’échangerai ce sentiment pour rien au monde. »

Agressivité

Bousculés l’an dernier à Hamilton, les gros bonshommes du Rouge et Or voulaient se reprendre. « On voulait mieux faire et nous avons été excellents, a résumé le garde Samuel Thomassin. Toute l’équipe a été dominante. Nous avons été agressifs en partant et nous avons gardé ce rythme tout le match. »

« Je suis vraiment, vraiment content qu’on ait pris notre revanche, de poursuivre Thomassin. Ils nous avaient manqué un peu de respect l’an dernier en scandant nos modos (FTF). Parce qu’ils nous ont donné une volée l’an dernier, ils nous ont pris à la légère un peu. On leur a servi la même médecine. Je n’oublierai jamais cette victoire à la maison. C’est incroyable. »

Justin Éthier et Glen Constantin ont été élogieux envers la ligne offensive. « C’est le jour et la nuit avec l’an dernier, a illustré le coordonnateur offensif. Ils ont fait un travail extraordinaire. »

« Nos trois All Canadians (Thomassin, Lefebvre et Assé) ont joué comme des All Canadians », de renchérir l’entraîneur-chef.

 

Une offensive ontarienne neutralisée

Le receveur des Mustangs, Cole Majoros, est freiné par la défensive étanche du Rouge et Or, dont Adam Auclair (# 2).
Photo Didier Debusschère
Le receveur des Mustangs, Cole Majoros, est freiné par la défensive étanche du Rouge et Or, dont Adam Auclair (# 2).

La défensive du Rouge et Or a réussi à neutraliser l’offensive des Mustangs, qui a été la meilleure cette année au pays.

« On a beaucoup parlé de leur grosse offensive, mais on peut aussi parler de notre défensive, a raconté le secondeur hybride Adam Auclair, qui a réussi 10,5 plaqués et une interception. Nous avons des joueurs incroyables comme Mathieu Betts, Vincent Desjardins et le retour de Clément Lebreux. Nous avons aussi de bons secondeurs et de bons demis défensifs. »

« La clé était d’arrêter leur attaque au sol et nous avons bien fait ça, de poursuivre Auclair. Nous avons ajouté du poids dans la boîte. Venger notre défaite fait vraiment du bien. Ça fait un an qu’on y pensait. Les Mustangs ont réussi ce qu’on leur donnait, soit des passes dans les zones courtes. On a gardé le quart-arrière dans la pochette et réussi à mettre de la pression. »

Mathieu Betts savourait ce deuxième titre national en trois ans. « On avait un super bon plan défensif et Adam a offert une performance incroyable, a mentionné l’ailier défensif étoile. Tous les gars ont contribué. Je suis vraiment content pour Hugo [Richard] qui disputait son dernier match et qui s’est mis énormément de pression. Les gens ne réalisent pas à quel point c’était important pour lui de gagner un autre championnat. Il a livré toute une performance et je ne pourrais pas être plus fier de lui. Ça n’arrive pas souvent d’avoir la chance de gagner à la maison et je suis super fier de l’avoir vécu. À la boxe, celui qui gagne le combat revanche est le meilleur. Western est une bonne équipe, mais on voulait mettre au clair que c’est nous la meilleure équipe au Canada. »