/entertainment
Navigation

La routine santé de Marianne St-Gelais

La routine santé de Marianne St-Gelais
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, Le Journal vous fait découvrir les trucs et astuces santé de différentes personnalités. De l’activité physique à l’assiette, en passant aussi par l’équilibre mental, chaque invité nous parle de sa santé et de ses choix pour rester actif et en forme.

Comment gardes-tu la forme ?

Retraitée depuis le mois de mars dernier, la triple médaillée olympique Marianne St-Gelais affirme être en pleine « année transitoire ». Elle doit réapprendre à « vivre normalement », dit-elle, en réorganisant sa vie qui, jusqu’à tout récemment, ne tournait qu’autour du patinage de vitesse.

Ainsi, ses séances d’entraînement sont devenues moins intenses, mais demeurent assez fréquentes, alors qu’elle s’entraîne quatre à cinq fois par semaine. « L’entraînement, c’est la seule chose que j’ai structurée. Je ne pourrais pas avoir mon ancienne routine, mais j’ai quand même besoin d’encadrement », précise la patineuse de vitesse de 28 ans.

En plus de la course et de l’entraînement en salle, la sportive a récemment ajouté le Cross fit à son horaire, un sport qu’elle n’avait auparavant jamais pratiqué.

« Je ne suis vraiment pas bonne, donc je ne peux pas me permettre d’être intense. Je commence en bas de l’échelle et je suis médaillée olympique ! » lance-t-elle, en admettant qu’elle doit « travailler sur elle » pour combattre ses anciens réflexes.

En plus de la course et de l’entraînement en salle, la sportive a récemment ajouté le Cross fit à son horaire, un sport qu’elle n’avait auparavant jamais pratiqué.
Photo courtoisie
En plus de la course et de l’entraînement en salle, la sportive a récemment ajouté le Cross fit à son horaire, un sport qu’elle n’avait auparavant jamais pratiqué.

As-tu des objectifs d’entraînement ?

« Aucun ! » dit-elle. « Pas pour le moment du moins. Je m’entraîne uniquement pour le plaisir. Il faut que je réapprenne d’ailleurs à faire du sport pour le plaisir. Parce qu’avant, faire du sport rimait avec performance et médaille d’or », affirme la jeune femme originaire de Saint-Félicien au Lac-Saint-Jean.

Comment restes-tu motivée à l’entraînement ?

Marianne St-Gelais n’a pas besoin de chercher bien loin pour trouver la motivation de bouger. Au contraire, elle affirme que c’est plutôt ce qui l’anime, surtout depuis qu’elle a accroché ses patins.

« L’entraînement, c’est ce qui me fait du bien dans ma journée. Ce qui me fait sourire. Autant avant ça pouvait être un effort important d’aller m’entraîner, mais maintenant, c’est ce qui me motive pour tout le reste. J’en ai besoin pour ma santé mentale », mentionne l’ancienne athlète.

As-tu des trucs pour bien manger ?

À l’époque où elle était athlète, Marianne devait suivre un régime de vie assez strict, qui lui a donné de bons outils pour s’alimenter sainement.

« C’est important pour moi de bien m’alimenter, et même encore plus maintenant alors que j’entre dans la catégorie des gens “normaux”. Honnêtement, ça paraît rapidement quand tu perds le contrôle ! » lance-t-elle.

Dans l’assiette, elle privilégie une protéine, accompagnée de légumes. « Je ne suis vraiment pas compliquée. Mon alimentation a toujours été une viande et des légumes. J’y vais très simple, sans sauce, j’aime le goût des aliments », explique-t-elle.

« Je ne suis vraiment pas compliquée. Mon alimentation a toujours été une viande et des légumes. »
Photo Adobe stock
« Je ne suis vraiment pas compliquée. Mon alimentation a toujours été une viande et des légumes. »

Quel est ton endroit santé à Québec ?

Lorsqu’elle est de passage à Québec, Marianne aime aller courir sur la promenade Samuel-de-Champlain, jusqu’au bord du fleuve, dans le Port de Québec.

La routine santé de Marianne St-Gelais
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Quelle est ton activité physique préférée ?

Incapable de choisir le sport qu’elle préfère, bien qu’elle aime patiner, Marianne affirme qu’elle aime bouger, tout simplement. « J’aime tous les sports. J’aime bouger et être entourée. C’est là que je suis bien », affirme-t-elle.