/entertainment/tv
Navigation

«Révolution»: une demi-finale intense

 «Révolution»: une demi-finale intense

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Pour la demi-finale de «Révolution», dimanche soir, les maîtres ont donné un défi particulier aux danseurs. Dans une chorégraphie, ils devaient dévoiler un aspect de leur personnalité ou de leur histoire. Les huit candidats encore dans la compétition ont joué le jeu et sont allés assez loin dans leur intimité.  

Des histoires émouvantes

Isabelle et Guillaume ont ouvert la soirée en racontant la perte de leur fils, alors que la grossesse était avancée, et ensuite la naissance de leur fille, Naomie. Leur numéro était particulièrement émouvant et techniquement élevé.  

«Si l’important était de célébrer la vie, le défi est relevé», a commenté Jean-Marc Généreux à la fin de leur performance.  

En suivant la même procédure de votation que la semaine dernière, les maîtres leur ont accordé 78 points.  

En tant que groupe, il était difficile pour C4 de se raconter. Les filles ont donc choisi d’évoquer les relations amoureuses toxiques vécues par l’une d’entre elles. Leur chorégraphie alternait entre la force et l’intensité. Leur moment révolution cachait un double sens. De face, les filles semblaient simplement en l’air, mais quand l’image tournait, on s’apercevait qu’elles étaient soufflées par le cri d’un dominateur. La symbolique était forte.  

«Vous êtes des raconteuses. Et en plus de votre technique, votre jeu est impeccable», a dit Lydia Bouchard. Elles ont obtenu 91 points.  

 

 

Sans pitié

Rahmane souhaitait quant à lui mettre de l’avant la pression qu’il s’impose au quotidien pour être un homme bon et avancer dans son travail. Malheureusement, son numéro a semblé plutôt nonchalant. Il nous avait habitués à mieux et les maîtres n’ont eu aucune pitié.  

«Plus tu dansais et plus je voyais que tu n’étais pas fier de toi», a lui a lancé Larry des Twins. Il a été crédité de 71 points.  

À l’inverse, Yoherlandy a su réveiller des émotions, autant chez les maîtres que dans le public, en chorégraphiant sa douleur à la perte de son frère, Yaret, mort d’un cancer du cerveau en 2012. Au fur et à mesure du numéro, on était imprégné de sa peine et de sa souffrance. Les Twins ont été frappés en plein cœur par son message.  

«Tu as fait tout ce que j’aurais envie de faire si mon frère n’était plus là», lui a avoué Larry, les yeux pleins de larmes. Yohe a gagné 93 points, le meilleur score de cette demi-finale.  

De leur côté, Jean-Philippe et Laurence voulaient lancer un message d’espoir. Malgré les épreuves, ils ont été capables de revenir à leur passion, prouvant qu’il ne faut jamais abandonner. Mais cela n’a pas été suffisant pour épater les maîtres. Ils ont amassé seulement 79 points.  

 

 

Un prince

Puis, a mis en lumière ce qui se passe dans sa tête, une sorte de chaos que la danse lui a permis d’atténuer. Il a surtout réalisé une révolution magnifique avec ses tissus en suspension au-dessus de sa tête, des tissus représentant ses problèmes et ses pensées négatives.  

«Tu es le petit prince de la révolution», a lancé Jean-Marc. Il a obtenu 90 points.  

En montrant l’osmose de leur fratrie, malgré les hauts et les bas d’une vie, Team White a aussi prouvé qu’ils avaient une technique irréprochable, doublée d’une musicalité harmonieuse. Ils ont hérité de 87 points.  

Enfin, FLIP a défendu sa place en exposant toutes les concessions que les filles ont dû faire depuis 10 ans qu’elles dansent au sein du groupe. Leur technique est quasiment militaire, mais il manque parfois un supplément d’âme dans leur numéro. Les maîtres leur ont donné 77 points.  

Le groupe C4, Yoherlandy, Charles-Alexis et Team White sont donc les quatre finalistes qui s’affronteront, dimanche prochain, pour obtenir le grand prix de 100 000$.