/news/currentevents
Navigation

Un homme d’affaires de Québec perd la vie en Thaïlande

Gilbert Tourville est décédé alors qu’il était à bord de son voilier

Gilbert Tourville
Photo courtoisie Gilbert Tourville
Décédé

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien copropriétaire de l’Aviatic Club et homme d’affaires bien connu à Québec Gilbert Tourville est décédé vendredi alors qu’il se trouvait sur son voilier en Thaïlande.

L’homme de 61 ans était en compagnie d’un ami québécois à bord de son voilier en soirée. Une dizaine de minutes après un effort physique important, M. Tourville a subi un malaise cardiaque tandis que les deux hommes regagnaient la rive en soirée.

« Il pensait d’abord que c’était une indigestion, indique Jean Rheault, un autre ami avec qui il se trouvait dans ce pays d’Asie. Il m’a appelé en panique et m’a dit qu’il avait besoin d’une ambulance. Puis, il a raccroché. »

Les secours ont procédé à plusieurs massages cardiaques dès leur arrivée près d’une heure plus tard, raconte M. Rheault, mais en vain.

La famille de Gilbert Tourville s’est envolée pour la Thaïlande, où l’homme d’affaires vivait en permanence depuis maintenant quatre ans. Une cérémonie en sa mémoire s’y déroulera dans les prochains jours.

Bien connu

Gilbert Tourville était un homme d’affaires bien connu à Québec. L’entrepreneur en série a contribué au lancement de nombreux restaurants dans les années 1980, 1990 et début 2000, dont le steak house Le Charbon, l’Aviatic Club, Le Pavillon, le Café Loft et plus récemment Le Boudoir.

Laissant de côté la restauration, il développait depuis huit ans une ligne de mobilier extérieur qui avait été primée à l’international avec son entreprise Trinity.

Avant de se lancer en affaires, il avait aussi été pilote de navire sur le Saint-Laurent pendant près de dix ans. « Il était hyper énergique. Un éternel adolescent, mais pour les bons côtés », se rappelle Vallier Dufour, qui était le partenaire de M. Tourville à l’époque à l’Aviatic Club.

« Les gens ne donnaient pas cher de notre peau. On n’avait pas un rond. On avait tout mis notre petite monnaie », se souvient-il de ce projet qui s’est avéré « un succès monstre ».

Gilbert Tourville « ne se prenait pas au sérieux, mais travaillait sérieusement », témoigne Jean Brouillard, président de Brouillard Communications, dont le premier mandat de son agence était pour le compte de l’Aviatic il y a près de 30 ans.

« Avec Le Loft et l’Aviatic Club, ils ont créé un nouveau concept où les restaurants devenaient des clubs, des endroits où sortir. L’Aviatic, ç’a été LE restaurant le plus populaire à Québec pendant longtemps [...] et précurseur en matière de décor. Ç’a marqué le milieu de la restauration à Québec autant dans l’assiette que dans l’ambiance », vante-t-il.