/investigations
Navigation

Pierre Moreau a rabroué le pdg d’Hydro-Québec

Dans une lettre restée secrète, il exprimait son désaccord à Éric Martel au sujet du projet Apuiat

Pierre Moreau, ex-ministre des Ressources naturelles
Photo Simon Clark Pierre Moreau, ex-ministre des Ressources naturelles

Coup d'oeil sur cet article

Dans une lettre demeurée secrète jusqu’ici, l’ex-ministre des Ressources naturelles Pierre Moreau a vertement rabroué le pdg d’Hydro-Québec Éric Martel, l’été dernier, à la suite de ses prises de position contre un projet éolien, a appris notre Bureau d’enquête.

M. Martel avait émis des doutes sur la rentabilité et les retombées du projet Apuiat, dont la Nation innue et l’entreprise Boralex sont les promoteurs.

«Difficilement recommandable», l’achat de la production du parc éolien entraînerait des pertes entre 1,5 milliard $ et 2 milliards $ pour Hydro-Québec, écrivait-il dans une lettre aux chefs innus, datée du 6 août, publiée deux jours plus tard par notre Bureau d’enquête.

Le président du conseil d’administration d’Hydro-Québec, Michael Penner, qui a depuis démissionné, avait ensuite muselé M. Martel, l’été dernier.

RESPECT

Pierre Moreau, alors ministre des Ressources naturelles et responsable d’Hydro-Québec, l’avait jugé « condescendant », par l’entremise des médias.

Mais il lui avait également servi un dur rappel à l’ordre, dans une lettre datée du 7 août dont nous avons obtenu copie.

«Cette lettre est singulièrement irrespectueuse», a écrit le ministre, à propos de l’autre missive, celle de M. Martel aux Innus.

M. Moreau exprimait son «désaccord» avec les doutes soulevés par M. Martel sur le projet des autochtones. «Ils sont mieux informés que vous pour en évaluer les retombées», lui a-t-il envoyé.

Le ministre déclarait également son «étonnement» à M. Martel après avoir appris qu’il cachait à son conseil d’administration la teneur de ses échanges avec les Innus.

Il lui demandait de réitérer son «appui à ce projet».

PATERNALISME

Les Innus ont quant à eux écrit à M. Martel le 10 août, pour mettre en doute son «calcul inexplicable» des pertes qu’engendrerait l’achat de la production d’Apuiat.

Ils dénonçaient ses «commentaires condescendants et paternalistes» à leur égard.

La semaine dernière, M. Martel a provoqué la colère des Innus une nouvelle fois en répétant, dans une tournée médiatique, que le projet est inutile.

Correspondance

  • 2 août 2018 : Les chefs de la Nation innue écrivent à M. Martel : «Tout porte à croire que votre but premier est de gagner du temps afin d’entraver la poursuite du développement du projet»
  • 6 août 2018 : M. Martel répond aux Innus : «Le projet Apuiat tel que défini maintenant [...] s’avère difficilement recommandable»
  • 7 août 2018 : Le ministre Pierre Moreau écrit à M. Martel : «La société d’État que vous avez le privilège de diriger a tout intérêt à adopter un comportement respectueux envers ceux avec qui elle doit négocier»
  • 10 août 2018 : Les Innus répliquent à M. Martel : «C’est avec colère et déception que nous avons pris connaissance de votre lettre du 6 août dernier»