/sports/hockey/remparts
Navigation

Un réveil tardif payant pour les Remparts

Les Remparts marquent deux buts en fin de match et se sauvent avec une victoire de 3 à 2 à Victoriaville

Remparts @ victo
Photo courtoisie, Denis Morin Le bâton d’Isaiah Gallo-Demetris et celui de Jérémy Laframboise se sont entrechoqués sur cette séquence alors que les deux rivaux se disputaient la rondelle à la ligne bleue.

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE | Il n’est jamais trop tard pour donner signe de vie. Les Remparts ont pu en témoigner en arrachant, dans les toutes dernières minutes du match les opposant aux Tigres de Victoriaville, une victoire de 3-2 sur la patinoire du Colisée Desjardins.

Pierrick Dubé a inscrit un premier but en six rencontres alors qu’il ne restait qu’une minute et des poussières à écouler au cadran en récupérant un retour devant le filet pour aider les Québécois à freiner à quatre leur série de revers. 54 secondes plus tôt, Thomas Caron avait usé de la même méthode pour créer l’égalité après que les Remparts se soient montrés plus acharnés durant les 18 minutes précédentes.

Les Remparts avaient décoché à peine 16 tirs au cours des deux premières périodes et à l’exception du but de Christian Huntley depuis la pointe, peu de ceux-ci s’étaient avérés menaçants pour le gardien Fabio Iacobo.

« Un wake-up call »

« On n’est pas sortis comme on était supposés et on pouvait faire beaucoup mieux. On a continué à travailler et Patrick [Roy] nous a dit un petit message entre la deuxième et la troisième, un wake-up call. On a envoyé plus de rondelles au filet en troisième et ça a fonctionné », a réagi Dubé.

« On avait une meilleure équipe de ce qu’on démontrait. Je voulais en voir plus de notre groupe. On n’a pas élevé la voix, on a juste parlé normalement. J’étais content de voir comment les gars ont rebondi. J’avais hâte de voir qui prendrait charge », a répondu le pilote Patrick Roy.

En plus d’exercer davantage de pression sur la défensive adverse au troisième tiers, les Remparts ont profité d’un double de jeu de puissance avant d’être impeccables quelques minutes plus tard lors d’un désavantage numérique. « Ça nous a donné du momentum », a reconnu le patineur de 17 ans.

« On ne jouait pas un mauvais match, mais en même temps, on ne jouait pas avec le mordant que j’aurais souhaité autour des filets. C’est ça qui a fait la différence en troisième. Là, on était autour des buts et on a fait de bons lancers. Je dois donner beaucoup de crédit au Tigres qui ont bloqué des lancers, c’était l’enfer », a poursuivi le pilote des Remparts, Patrick Roy.

Pour Caron, qui s’aligne toujours comme joueur affilié, il s’agissait d’un premier succès à son deuxième séjour avec l’équipe de la LHJMQ aux côtés d’Aleksei Sergeev et de Philipp Kurashev. Ce dernier était affligé par un « petit virus », selon Roy. « Ça fait du bien. On n’a jamais arrêté de travailler. On s’est parlé entre les périodes et on s’est dit qu’on ne jouait pas comme on devrait. On se complète bien avec Kurashev et Sergeev, et j’essaie de leur faire de la place », a indiqué Caron.

En vitesse

Le défenseur Dominic Cormier a réussi le 100e point de sa carrière sur le deuxième but des Tigres... Cinq équipes de la LHJMQ se retrouvent au sein du palmarès hebdomadaire de la LCH paru mercredi, soit Rouyn-Noranda (2e), Drummondville (5e), Baie-Comeau (7e), Moncton (8e) et Halifax (9e)...

Une ambiance gagnante dans la transition

Les Tigres ont beau avoir amorcé un plan de transition à la suite de leur présence dans le carré d’as éliminatoire le printemps dernier, l’ambiance qui règne dans le vestiaire n’en a pas été pour autant affectée. Que non !

« L’atmosphère est incroyable, lançait d’emblée l’entraîneur-chef Louis Robitaille quand on lui faisait remarquer son club se tirait plutôt bien d’affaire [fiche de 11-11-2-1, 5es dans l’Ouest, avant mercredi]. On a développé une culture l’an passé et avec les joueurs de retour comme Simon Lafrance, Dominic Cormier et Tristan Côté-Cazenave. Ça a laissé un héritage et les plus jeunes ont une attitude exemplaire. »

Robitaille a d’ailleurs été plus élogieux envers Lafrance et Cormier, qu’il considère comme les « grands frères » à l’intérieur du vestiaire de son équipe. Pas pour rien, donc, que Lafrance agit comme capitaine.

Paré fier de son patelin

Ancien porte-couleurs des Commandeurs de Lévis, l’attaquant Cédric Paré suit avec attention l’épopée victorieuse de son ancien club midget AAA. Paré a disputé deux saisons sous les ordres de Mathieu Turcotte avant de s’établir avec les Tigres. La formation lévisienne, qui porte dorénavant le nom des Chevaliers, pourrait égaler le record absolu du nombre de victoires consécutives de 25 appartenant aux Gouverneurs de Sainte-Foy en l’emportant vendredi soir contre les Vikings de Saint-Eustache.

« C’est impressionnant et tout le monde suit ça. C’est le fun de voir ça et disons que je suis fier des Chevaliers ! À chaque année, ils ont beaucoup de recrues et Mathieu réussit à faire que l’équipe performe », a souligné Paré, dont le frère aîné Cédric, un espoir des Bruins de Boston qui s’aligne avec l’Océanic de Rimouski, a aussi porté l’uniforme du club de sa ville natale.

3
2
Première période
1-Qué: Christian Huntley (5) (Mathieu, Robidoux) 6:19 2-Vic: Adam Gaudreau (1) (Sans aide) 10:55
Punitions: Aucune punition.
Deuxième période
3-Vic: Dominic Cormier (5) (Abramov, Lafrance) 19:30
Punitions: Larochelle (Vic) 2:07, Robidoux (Qué) 20:00, Charlebois (Vic) 20:00.
Troisième période
4-Qué: Thomas Caron (2) (Kurashev, Sergeev) 18:05 5-Qué: Pierrick Dubé (6) (Coxhead, Grouchy) 18:59
Punitions: Gravel (Vic) 8:20, Sévigny (Vic) 9:44, Sergeev (Qué) 12:08.
Tirs au but
Québec 9 - 7 - 13 - 29 Victoriaville 7 - 13 - 3 - 23
Gardiens:
Qué: Dereck Baribeau (G, 6-3-2), Vic: Fabio Iacobo (P, 4-6-2)
Avantages numériques:
Qué: 0 en 3, Vic: 0 en 1
Arbitres:
Jonathan Trudel, Dominick Bédard
Juges de lignes:
Stéfan Capano, Pierre-Luc Huot
ASSISTANCE:
1 751