/news/transports
Navigation

Drogue et alcool au volant: les autorités vont multiplier les barrages jusqu'au 3 janvier

FD-BARRAGE POLICIERS
Erik Peters/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Alors que les fêtes de bureau sont de retour aux quatre coins du Québec à l’approche des célébrations de Noël et du jour de l'An, tous les corps policiers de la Belle Province promettent de multiplier les barrages afin de pincer les automobilistes qui auront consommé de l’alcool, de la drogue ou les deux à la fois avant de prendre le volant.

Du 29 novembre au 3 janvier, les services policiers du Québec mèneront ainsi une opération concertée de prévention, en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). Lancée jeudi, cette opération a été baptisée «Conduire chaud, conduire gelé, c’est non». Elle vise à rappeler que conduire après avoir bu ou après avoir fumé du cannabis est un geste criminel.

Les contrôleurs routiers de la SAAQ épauleront les policiers lors d’opérations conjointes, en contrôlant les véhicules lourds, les autobus et les taxis, a-t-on précisé, par communiqué.

Selon la SAAQ, de 2012 à 2016, les collisions dues à l’alcool ont causé en moyenne, chaque année, 110 décès, en plus de faire 260 blessés graves et 1800 blessés légers.

Durant la même période, 33 % des conducteurs décédés dans une collision de la route au Québec avaient des drogues licites ou illicites dans le sang, 19 % avaient du cannabis dans le sang et 35 % des conducteurs âgés de 16 à 24 ans avaient du cannabis dans le sang.

Jeudi soir, un premier barrage installé à l'entrée du pont-Jacques-Cartier, du côté de Montréal, a provoqué un immense bouchon de circulation dans les environs.