/news/currentevents
Navigation

Démonstration de force au nez des autorités

Montréal accueille samedi le mariage d’un leader des Hells

Le mariage d’Annie Arbic, fille d’une narcotrafiquante, et de Martin Robert, influent Hells Angels, est une façon pour les motards de montrer leur force, le tout au nez de la mairesse Valérie Plante
Photo courtoisie Le mariage d’Annie Arbic, fille d’une narcotrafiquante, et de Martin Robert, influent Hells Angels, est une façon pour les motards de montrer leur force, le tout au nez de la mairesse Valérie Plante

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités montréalaises n’envisagent pas d’implanter un règlement pour empêcher les Hells Angels d’afficher leurs couleurs lors d’événements somptueux, comme le mariage d’un de leur leader prévu samedi.

« Il y a un objectif clair derrière cela. Ils veulent montrer qu’ils sont au sommet de la pyramide, les premiers dans le crime organisé au Québec », dit l’ex-directeur de l’Escouade Carcajou, Paul Laplante.

Surtout que le mariage de Martin Robert, un des leaders des motards au Québec, et d’Annie Arbic, la fille de « la Reine de Kanesatake », Sharon Simon, rassemblera environ 270 convives de factions du crime organisé, dont des mafiosos.

Pas un hasard

Le choix de lieux huppés et prestigieux comme l’hôtel Mount Stephen ou la salle de réception Le Windsor n’est donc pas le fruit du hasard.

« Ce sera un mariage de 100 000 $, 150 000 $, voire 200 000 $. C’est une excellente façon de redorer leur image et de montrer la direction que prennent les Hells Angels », ajoute le policier retraité.

Pas d’amendes

Comme à plusieurs autres endroits au Québec, les Hells Angels et leurs sympathisants peuvent se pavaner dans les rues de Montréal en exhibant leurs couleurs en toute impunité.

Pourtant, certaines municipalités ont pris les choses en main dans les dernières années en interdisant aux groupes criminels de s’afficher avec des vêtements ou des produits dérivés.

« La question pourrait être étudiée, mais pour l’instant, ce n’est pas dans les plans », a-t-on simplement répondu au cabinet de la mairesse Valérie Plante lorsque questionné sur le sujet par Le Journal, vendredi.

L’été dernier, un règlement de ce genre a été appliqué à la lettre par les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) à Saint-Tite, en Mauricie, pendant le Festival Western.

Au final, ils ont refilé une amende de 444 $ à un motard récalcitrant, mais les autres ont obtempéré.

Les années précédentes, les Hells et leurs sympathisants déambulaient sans gêne lors de l’évènement familial.

La présence policière sera tout de même imposante pour cette union hors norme en raison de la concentration inhabituelle de figures du monde interlope.

Refoulé à la frontière

Déjà, l’Agence des Services frontaliers du Canada a refoulé un Hells Angel français, Cyril Henri, membre du chapitre de la Côte d’Azur, à son arrivée à l’aéroport jeudi soir.

Aussitôt débarqué de l’avion, il a été fouillé, puis retourné à Paris.

Martin Robert avait passé l’année 2017 auprès des « frères » français pour les aider à se réorganiser et avait invité certains d’entre eux à venir assister à la célébration.