/news/politics
Navigation

3e lien : Zanetti souhaite que Bonnardel écoute ses experts plutôt que les radios de Québec

Le ministre des Transports, François Bonnardel
Photo Simon Clark Le ministre des Transports, François Bonnardel

Coup d'oeil sur cet article

Le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti, qui est farouchement opposé au projet de 3e lien, a invité le ministre François Bonnardel à écouter les experts de son ministère, plutôt que les « radios privées de Québec ».

« Je vais émettre un souhait [...] : qu'il écoute davantage les urbanistes de son ministère que certaines radios privées de Québec, dont l'intérêt idéologique pour les projets d'asphalte, en général, dépasse les limites du bon sens », a déclaré en chambre le nouvel élu, en adressant sa toute première question en chambre au ministre des Transports.

À Québec, c’est un secret pour personne : la plupart des animateurs des stations de radio parlée sont favorables à la construction d’un nouveau lien autoroutier entre la Rive-Sud et la Rive-Nord.

À l’opposée, avec deux nouveaux élus dans la Capitale-Nationale, Québec solidaire milite plus activement que jamais contre le projet. Plus nouvellement, le Parti québécois se positionne aussi maintenant dans le même sens.

Incapable de nommer un seul expert

« Le député de Jean-Lesage, [...] il devrait faire une chose, comme le chef du Parti québécois : soyez résignés, parce qu’il y en aura un, 3e lien », a répliqué M. Bonnardel.

Invité à indiquer quel sera l’avantage, pour les contribuables de l’ensemble du Québec, de financer la construction d’un 3e lien à coup de milliards, le ministre Bonnardel s’est rangé derrière la majorité obtenue par la CAQ aux dernières élections.

« Je regarde la composition de cette chambre, a observé M. Bonnardel : le 1er octobre dernier, je pense qu'on a eu un mandat fort de la population. 70 %, 80 % des gens de Québec et de Lévis sont pour ce 3e lien. »

Relancé par le député de QS, M. Bonnardel a été incapable de nommer un seul expert qui appuie le projet porté par la CAQ.

Un parti « anti automobilistes »

« Le député de Jean-Lesage peut dire ce qu'il veut, s’est défendu l’élu caquiste de Granby. Par idéologie, lui-même, il l'a dit : peu importe s'il y passait seulement des bus, ou du covoiturage, ou du taxi, je n'en veux pas, moi, de 3e lien. Ça, c'est son idéologie, c'est un parti et un député anti automobilistes. On a eu une promesse, on va la représenter, on va la livrer, puis il y aura un troisième lien, d'ici 2022, un premier coup de pelle. »

Pressé de questions par les journalistes à son arrivée au caucus caquiste, M. Bonnardel a par ailleurs refusé d’indiquer si son gouvernement avait consulté Hydro-Québec avant de suggérer, via l'éventuel 3e lien, l’enfouissement des lignes à haute tension qui traversent le fleuve et l’île d’Orléans.

« Moi, je n'ai pas parlé à Hydro-Québec », a finalement laissé tomber le ministre, avant de se rendre au Salon bleu.

« On ne recule en rien sur notre échéancier d'une première pelletée de terre en 2022 », a assuré de son côté la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault.