/news/politics
Navigation

Frais de déplacement onéreux pour le patron d'Investissement Québec: le ministre Fitzgibbon «préoccupé»

Frais de déplacement onéreux pour le patron d'Investissement Québec: le ministre Fitzgibbon «préoccupé»
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

 La hausse des frais de déplacement du grand patron d’Investissement Québec préoccupe le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

 Le Journal a révélé vendredi que les frais de déplacement sont en hausse constante chez IQ, si bien qu'ils ont dépassé la barre du million de dollars l’an dernier. Au tournant de 2018, le PDG d’Investissement Québec a fait 10 allers-retours qui ont coûté en moyenne plus de 3000 $ chacun, dont une majorité était pourtant au Québec. 

Rappelons que Pierre Gabriel Côté a droit à une généreuse prime voiture dans le cadre de ses fonctions. Il a d'ailleurs fait les manchettes dernièrement en raison d’une augmentation importante de cette allocation annuelle, qui était passée de 19 000 $ à 30 000 $ lorsqu’il a décidé de troquer sa Porsche pour une Tesla. Au centre de la controverse, le grand patron du bras financier du gouvernement a finalement renoncé à sa prime auto bonifiée.

«Je suis préoccupé comme tout le monde, la rigueur des dépenses publiques est une chose qui me tient à cœur», a confié vendredi le ministre Fitzgibbon, au sortir de la réunion quotidienne des élus caquistes à l’Assemblée nationale.

Rigueur avec l’argent public

Il a ajouté que la CAQ avait promis de bien gérer les deniers publics une fois au pouvoir. «Il faut définitivement que toutes les actions que nous prenons, on puisse mesurer les impacts bénéfiques des actions et d’autre part, quand on parle de budget d’exploitation, il faut évidemment s’assurer qu’il y a une rigueur importante qui soit faite», a insisté le ministre de l’Économie. 

En campagne électorale, François Legault a promis une refonte d’Investissement Québec. Pierre Fitzgibbon refuse de dire si Pierre Gabriel Côté fera partie de l’avenir de l’organisation.

«C’est prématuré à ce stade-ci. Ma préoccupation, c’est plus le mandat qui n’est carrément pas clair présentement (...) pis après on verra qui sont les personnes pour remplir ce mandat-là», a-t-il dit.