/finance/business
Navigation

Grogne chez les abonnés de Netflix

Une hausse salée des tarifs à la veille de l’imposition par Québec des taxes de vente

NETFLIX/
Photo REUTERS Un haut dirigeant de Netflix, Reed Hastings, lors d’une présentation de la compagnie de diffusion en continu, à Toronto, en 2010.

Coup d'oeil sur cet article

Les abonnés de Netflix sont en furie. Ils devront encaisser de nouvelles hausses de tarifs de 27 % sur l’abonnement « Standard ». Et en janvier prochain, des taxes de 15 % s’ajouteront à la facture au Québec.

Hier, Netflix Canada a annoncé qu’elle haussait son tarif mensuel dit « Standard » de 3 $, passant de 10,99 $ à 13,99 $.

L’abonnement « Premium », qui offre du contenu en 4K et permet l’écoute sur quatre appareils simultanément, subit lui aussi une hausse de 3 $ et passe à 16,99 $ par mois.

Le forfait de base de Netflix (sans contenu en HD) a lui aussi été augmenté, passant de 8,99 $ à 9,99 $.

Il y a 15 mois, Netflix avait également révisé à la hausse les prix de ses abonnements mensuels de 1 $.

Ces nouvelles hausses de tarifs ont soulevé la grogne de nombreux abonnés de Netflix un peu partout au pays.

Sur les réseaux sociaux, c’était le défoulement, hier, alors que de nombreux clients ont indiqué qu’ils allaient se désabonner du service de divertissement en ligne. 

Sur la page Facebook du groupe Netflix Canada en français, plusieurs membres ont indiqué vouloir « débarquer » de Netflix.

« Je me suis désabonnée. Je ne suis pas satisfaite. Il n’y a pas suffisamment de films en français, sans compter l’augmentation », a fait valoir Jacinthe Gaudreau.

Chez Netflix, on soutient que ces hausses de prix vont contribuer au financement de séries télévisées ainsi que de films, notamment.

Netflix a conclu en 2017 un accord avec le gouvernement fédéral pour investir 500 millions $ d’ici cinq ans dans la production de contenus originaux au pays.

« Ce sont des décisions commerciales qui relèvent uniquement et directement de l’entreprise. L’entente assure que nous ayons du contenu de nos artistes et producteurs sur leur plateforme », a précisé une porte-parole du ministère du Patrimoine canadien, Nathalie Huneault.

Les taxes s’en viennent

Les prix des abonnements de Netflix devraient continuer à augmenter au Québec, à tout le moins au cours des prochains mois.

Le gouvernement du Québec prévoit toujours imposer à Netflix, dès le 1er janvier 2019, la perception des taxes combinées de 15 % (TVQ et TPS) à ses abonnés québécois.

Cette mesure avait été annoncée lors de la présentation du dernier budget provincial, par le ministre des Finances de l’époque, Carlos Leitao.

En juin dernier, l’Assemblée nationale a adopté une loi pour contraindre Netflix, Spotify, Google Play Music et Apple Music à s’inscrire auprès de Revenu Québec et à percevoir la TVQ auprès de leurs clients québécois. Un processus simplifié a été mis en place pour ces géants étrangers.

Concurrence accrue

Sur le marché canadien, l’entreprise est confrontée de plus en plus à une vive concurrence.

Les nombreux câblodistributeurs ont bonifié leurs offres ces derniers mois, incluant une sélection de films hollywoodiens récents ainsi que des produits de chaînes spécialisées. 

L’an prochain, Disney fera son entrée sur le marché du visionnement en continu. La plateforme Disney promet d’offrir des films de la série Star Wars ainsi que des longs métrages de la franchise Marvel.

Des hausses salées chez Netflix 

  • Le forfait de base de Netflix (sans contenu en HD) passe de 8,99 $ à 9,99 $  
  • Le forfait mensuel Standard passe de 10,99 $ à 13,99 $  
  • Le forfait Premium passe de 13,99 $ à 16,99 $    

- Avec la collaboration de Sarah Bélisle