/news/society
Navigation

Garderies subventionnées: le ministre Lacombe s’engage à créer 2000 places d’ici 2021

Periode des questions
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

 QUÉBEC – Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a dit avoir l’intention de créer 2000 places en service de garde subventionné d’ici 2021, un nombre que le Parti québécois juge nettement insuffisant.

 «ll y aura des places qui seront créées, 2000 places d'ici 2021. C'est sur mon bureau. On analyse actuellement les demandes», a indiqué le ministre Lacombe lors de la période de questions, vendredi. 

 Le ministre n’a pas précisé si ces places subventionnées seront créées en Centre de la petite enfance, en garderie privée ou en milieu familial. 

 La déclaration du ministre a fait bondir la porte-parole péquiste en matière de famille, Véronique Hivon, qui trouve ce nombre rachitique. 

 «Je vous rappelle qu’il y a plus de 30 000 [familles] en ce moment qui attendent une place au guichet unique, soit une place en CPE ou en service de garde éducatif», a-t-elle commenté, lors d’un point de presse. 

 Appelé à préciser la pensée du ministre, le cabinet de M. Lacombe a indiqué à l’Agence QMI que ces 2000 places ne constituaient pas une finalité et que la création de plus de places subventionnées et non subventionnées était présentement à l’étude. 

 Complémentarité

 Par ailleurs, le ministre Lacombe a tenu à souligner en chambre que le réseau des CPE et des maternelles 4 ans seront «complémentaires». 

 «Pour nous, c'est important de faire en sorte que chaque enfant aura la chance de développer son plein potentiel, et, pour y arriver, c'est génial, on offrira un nouveau service public qui fera en sorte que davantage d'enfants auront accès maintenant à des services», a-t-il indiqué. 

 En campagne électorale, la Coalition avenir Québec ne s’était pas engagée à créer un nombre précis de places en garderies subventionnées, mais avait promis que chaque enfant aurait accès à la prématernelle d’ici la fin d’un premier mandat. Elle arguait que les maternelles 4 ans allaient libérer 50 000 places en garderie. 

 Pour le Parti québécois, cependant, ce dernier engagement «ne tient pas la route», puisque le réseau de CPE a déjà le potentiel de favoriser le développement dès la petite enfance.