/news/politics
Navigation

Adieu à un «ami» du Canada

George H.W. Bush a été «le plus grand gentleman à la tête des États-Unis», selon Brian Mulroney

US-BUSH-MULRONEY-MEETING
Photo d'archives, AFP Brian Mulroney et George H. W. Bush, photographiés à la Maison-Blanche en avril 1988, rigolent après une question d’un journaliste.

Coup d'oeil sur cet article

À la tête des États-Unis à l’issue de la Guerre froide, George H. W. Bush a su relever avec « grand, grand succès » des « défis extraordinaires », relate son bon ami Brian Mulroney, qui sera à Washington la semaine prochaine pour prendre la parole à l’occasion de funérailles nationales.  

L’ancien président américain a perdu la vie vendredi à l’âge de 94 ans, huit mois après le décès de sa femme Barbara. Le patriarche de la lignée des Bush a connu une illustre carrière consacrée au service public.  

  

George H.W. Bush et son fils George W. Bush vers 1947.
WENN
George H.W. Bush et son fils George W. Bush vers 1947.

  

Pilote d’avion durant la Deuxième Guerre mondiale, il a ensuite fait fortune dans l’industrie pétrolière avant de se lancer en politique en 1967. Son parcours d’élu l’aura notamment mené à la tête des services secrets américains, à la vice-présidence et, finalement, au Bureau ovale de 1989 à 1993.    

L’ex-président américain était affaibli par une forme de la maladie de Parkinson. Il devait se déplacer en fauteuil roulant depuis plusieurs années mais il avait conservé son habitude de porter des chaussettes colorées.
Photo d'archives, AFP
L’ex-président américain était affaibli par une forme de la maladie de Parkinson. Il devait se déplacer en fauteuil roulant depuis plusieurs années mais il avait conservé son habitude de porter des chaussettes colorées.

C’est à la requête de Bush père lui-même que M. Mulroney prendra la parole aux funérailles nationales à la cathédrale de Washington, lesquelles devraient se tenir la semaine prochaine. L’ex-président lui avait téléphoné il y a trois ans pour lui demander de prononcer un discours aux commémorations suivant son décès.    

« J’avais dit “non”. Je ne voulais pas parler de ça. Il était toujours bien vivant. Mais il me disait qu’il devait s’en occuper puisque le temps passe. Toujours est-il que j’ai accepté, bien sûr », raconte le premier ministre du Canada de 1984 à 1993.    

  

Le 41e président des États-Unis George H.W. Bush en compagnie du premier ministre du Canada Brian Mulroney. 10 février 1989.
PHOTO COURTOISIE FRED SHERWIN
Le 41e président des États-Unis George H.W. Bush en compagnie du premier ministre du Canada Brian Mulroney. 10 février 1989.

  

Les deux hommes et leur famille respective ont développé une amitié sincère durant les années 80. Brian Mulroney était alors premier ministre, tandis que George H. W. Bush était vice-président sous Ronald Reagan. Ils se sont vus pour la dernière fois en février lors d’un week-end, pour la remise d’une distinction annuelle que remettait l’ex-président.    

« Je suis natif de Baie-Comeau. Et derrière les portes, il était comme un voisin, un ami de Baie-Comeau », illustre l’ancien chef du gouvernement canadien, qui se rendait au moins une fois par année à la résidence des Bush dans le Maine.   

Monsieur Bush était un grand amateur de pêche. On le voit en train de taquiner le poisson sur la rivière Kennebunk, dans le Maine, à l’été 1990.
Photo d'archives, AFP
Monsieur Bush était un grand amateur de pêche. On le voit en train de taquiner le poisson sur la rivière Kennebunk, dans le Maine, à l’été 1990.

 

« Il était probablement le plus grand gentleman qui a servi à la tête des États-Unis », louange M. Mulroney.    

Bouleversements historiques  

MM. Mulroney et Bush ont passé près de quatre ans à se côtoyer sur la scène internationale, alors que le monde vivait de profonds bouleversements. Entre 1989 et 1993, l’Allemagne s’est réunifiée, l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) s’est effondrée, la Guerre froide a pris fin et la guerre du Golfe battait son plein.    

 

Le président George H. W. Bush et son homologue soviétique Mikhail Gorbatchev lors d'une conférence de presse à Moscou en 1991.
Mike FISHER / AFP
Le président George H. W. Bush et son homologue soviétique Mikhail Gorbatchev lors d'une conférence de presse à Moscou en 1991.

 

L’ex-premier ministre se rappelle une période « très mouvementée », au cours de laquelle son homologue américain a surmonté « des défis extraordinaires » à la tête de la première puissance mondiale.    

« C’était du jamais-vu dans l’histoire moderne du monde. Il a fait tout ça avec grand, grand succès », regarde rétrospectivement M. Mulroney, avec une pointe d’admiration.    

Les deux hommes ont pu traduire leur amitié en un rapprochement économique sans précédent entre leur pays, eux qui ont planché sur la première mouture de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), ratifié en 1992. « En tant que premier ministre du Canada, je savais toujours que j’avais un interlocuteur ami qui voulait nous aider, le Canada, qui respectait notre pays, qui travaillait fort pour nous aider », lance M. Mulroney, soulignant le leadership du président américain au cours de ces négociations.    

« [Il est l’exemple que] tu peux réaliser de grandes choses pour ton pays en étant un gentleman, respectueux des autres et en évitant, dans la mesure du possible, cette partisanerie épouvantable qui est en train de miner la crédibilité de tous les politiciens », estime l’ex-politicien.    

 CE QU’ILS ONT DIT  

 

US-BUSH-MULRONEY-MEETING
Brendan SMIALOWSKI / AFP

 

« L’Amérique perd un patriote et un humble serviteur en George H. W. Bush. [...] C’est sa touche de constante diplomatie qui a permis d’accomplir ce que plusieurs croyaient impossible : mettre fin à la Guerre froide sans coup de feu. »    

– Barack Obama, 44e président des États-Unis  

 

US-BUSH-MULRONEY-MEETING
Yuri KADOBNOV / AFP

 

« Nous avons eu la chance de travailler ensemble à une époque de grands changements. [...] C’était une période dramatique qui nécessitait que tous soient extrêmement responsables. »    

– Mikhaïl Gorbatchev, dernier président de l’URSS*  

 

 

« À travers son authenticité, son esprit et son engagement inébranlable en faveur de la foi, de la famille et de son pays, le président Bush a inspiré des générations de concitoyens américains. »    

– Donald Trump, 45e et actuel président des États-Unis  

 

US-BUSH-MULRONEY-MEETING
ALEJANDRO PAGNI / AFP

 

« Le président Bush était un leader dévoué et consciencieux qui est demeuré fidèle à ses convictions et ses valeurs. Il a énormément contribué à renforcer la relation qu’entretiennent nos deux pays, en faisant notamment la promotion de l’ALENA ainsi que des initiatives comme la lutte contre les pluies acides. »    

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada  

 

US-BUSH-MULRONEY-MEETING
Jim WATSON / AFP

 

« George Bush père était bien au fait de l’importance d’entretenir un dialogue constructif entre nos deux puissances nucléaires et il a fait de grands efforts pour solidifier les relations russo-américaines et la coopération dans la sécurité internationale. »    

– Vladimir Poutine, actuel président de la Russie*  

*Source : Washington Post