/entertainment/comedy
Navigation

Cinq bougies pour le Beu-Bye

La revue de l’année faite à Québec est devenue un incontournable et continue de grandir

Beu-Bye 2018
Photo courtoisie Le script-éditeur et metteur en scène Lucien Ratio et les comédiens du Beu-Bye 2018, avec Philippe Durocher, Jean-Philippe Côté, Joëlle Bourdon, Monika Pilon et Nicola-Frank Vachon.

Coup d'oeil sur cet article

Le Beu-Bye fête ses cinq ans. L’équipe de création derrière cette revue humoristique annuelle constate que ce rendez-vous de décembre fait maintenant partie des incontournables du temps des Fêtes.

« On s’était fixé un objectif de cinq ans pour développer ce projet et aller chercher assez de monde pour en faire quelque chose de viable. Nous ne sommes pas loin de cet objectif et nous sommes vraiment contents. On sent, depuis l’an dernier, que nous sommes devenus un incontournable », a lancé le script-éditeur et metteur en scène Lucien Ratio, lors d’un entretien.

À l’affiche à La Bordée, à partir du 14 décembre, pour 12 représentations, le Beu-Bye continue d’évoluer au fil des éditions. 

Lucien Ratio, Joëlle Bourdon et Monika Pilon, lors des répétitions.
Photo Nicola-Frank Vachon
Lucien Ratio, Joëlle Bourdon et Monika Pilon, lors des répétitions.

« Il y avait quatre cartons en fond de scène lors de la première édition. Le Beu-Bye a grandi et nous sommes contents de l’évolution. On commence à avoir une structure, il y a de plus en plus d’éclairage et on a maintenant des casques-micro. On essaie, chaque année, d’en faire plus et de bonifier le spectacle. Notre but est toujours d’en mettre plein la vue », a-t-il laissé tomber.

L’année 2018, avec la tenue d’élections provinciales, a été fertile en matière d’actualités politiques.

« Ça donne effectivement beaucoup de jus, mais il n’y a pas rien que ça », a fait remarquer Lucien Ratio. 

La complexité de certains sujets qui ont fait jaser dans la sphère publique a donné quelques casse-tête à l’équipe d’auteurs. Une des particularités, cette année, est la complexité de certains sujets. Quelques numéros ont demandé une attention particulière.

« Il y a eu les sorties de minorités, l’affaire Slav, avec la pièce de Robert Lepage, et beaucoup de sujets qui étaient complexes. Il fallait trouver le bon angle pour aborder ce qui était plus pointilleux. Il y a eu des questionnements qui n’étaient pas évidents à répondre. C’était un défi intéressant », a fait savoir Lucien Ratio. 

Trois musiciens

L’équipe d’écriture pour l’édition 2018 est constituée de Jean-Philippe Côté, Philippe Durocher et Lucien Ratio, des auteurs invités Marc Auger, Claude Montminy, et des nouveaux venus Jonathan Gagnon et Erika Soucy.

Le Beu-Bye 2018 a concocté, entre autres, des sketches sur la CAQ, avec un numéro musical à la Broadway sur l’inévitable 3e lien, mettant en vedette les maires de Québec et de Lévis, et un autre sur la légalisation de la marijuana. L’équipe a aussi monté un numéro intitulé Justin l’explorateur

Joëlle Bourdon et Monika Pilon, toujours en répétition.
Photo Nicola-Frank Vachon
Joëlle Bourdon et Monika Pilon, toujours en répétition.

Les comédiens Joëlle Bond, Jean-Philippe Côté, Philippe Durocher, Nicolas Létourneau, Nicola-Frank Vachon et Monika Pilon, laquelle sera de retour, interpréteront les différents personnages dans des chorégraphies d’Ariel Charest.

Nouveauté, une formation constituée de trois musiciens, sous la direction de Philippe Grant, fera la musique en direct. L’homme-orchestre Mathieu Campagna n’était pas disponible cette année.

« Le Beu-Bye est un spectacle de variétés et on souhaitait se rendre là avec plusieurs musiciens. C’est une question de moyen », a-t-il dit.

► Le Beu-Bye 2018 est présenté du mercredi au samedi, du 14 au 29 décembre à La Bordée. Il y a deux représentations les samedis 22 et 29 décembre, soit à 15 h et à 19 h 30.