/news/transports
Navigation

Des distributrices de billets de bus au RTC

Le transporteur lance un projet pilote

Coup d'oeil sur cet article

Après l’annonce de l’implantation du paiement mobile il y a quelques semaines, le RTC fait un autre pas pour faciliter la vie de ses usagers en lançant un projet pilote pour l’installation de machines distributrices de titres de transport.

Le transporteur vient de lancer un avis d’intérêt pour trouver des fabricants de machines distributrices de billets d’autobus.

Selon le document, le RTC entend installer pour l’instant deux ou trois bornes sur son réseau pour tester le nouveau système.

Peu de détails

La société de transport est à la recherche de machines pouvant émettre des titres de transport sur des cartes préencodées en carton. Le paiement par carte de crédit servira à conclure les transactions.

Impossible toutefois d’avoir plus de détails sur le projet. Le RTC refuse de préciser les endroits où pourraient être installées les premières bornes, tout comme la durée du projet pilote.

Le RTC n’assure d’ailleurs pas que le projet sera mené à terme.

L’organisme insiste dans les documents d’avis d’intérêt quant au fait que ce processus ne garantit aucun octroi de contrat, ce qui veut dire que l’idée est dans l’air, mais qu’il est impossible d’assurer sa réalisation.

« Le RTC attend d’avoir le résultat de l’appel d’intention. Nous ne sommes pas en mode décision, nous sommes en mode exploratoire », se contente de souligner Brigitte Lemay, responsable des communications de la société de transport.

En retard

Questionné sur ce nouveau projet du RTC, alors qu’il se trouve en mission économique en France, le maire Régis Labeaume a de son côté affirmé que la ville « était due ». Alors que plusieurs villes à travers le monde offrent ce service depuis de nombreuses années, Québec est toujours à la traîne dans ce dossier.

« Ça presse. On n’est plus dedans. Il est vraiment temps que ça arrive », a-t-il fait remarquer, insistant sur l’importance de ce genre de système dans un contexte de développement. « Avec tous les systèmes qui s’en viennent puis notre projet [de transport collectif structurant], on n’a plus le choix, donc on prend de l’avance », a souligné M. Labeaume.

–Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée