/finance/business
Navigation

Intelligence artificielle : trois britanniques choisissent Montréal

La ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, a vanté l'expertise de l'équipe de l'Institut québécois d’intelligence artificielle (MILA), dirigé par le chercheur de renommée mondiale Yoshua Bengio.
Photo Francis Halin La ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, a vanté l'expertise de l'équipe de l'Institut québécois d’intelligence artificielle (MILA), dirigé par le chercheur de renommée mondiale Yoshua Bengio.

Coup d'oeil sur cet article

Les britanniques QuantumBlack, WinningMinds et BIOS vont ouvrir des bureaux à Montréal, ont annoncé Montréal International et Investissement Québec mardi matin dans un hôtel du centre-ville.   

  • À LIRE AUSSI - La mairesse de Montréal s’adresse en anglais seulement pour une annonce économique

« L’arrivée de QuantumBlack, de WinningMinds et de BIOS démontre que les assises sont en place pour bâtir, ici au Québec, notamment à Montréal, un écosystème en intelligence artificielle dynamique, solide, performant et reconnu internationalement », a déclaré la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, en marge du sommet NeurIPS portant sur l'intelligence artificielle qui se déroule en ce moment.    

Ensemble, ces trois nouvelles compagnies technos prévoient créer plus de 130 emplois au cours des trois prochaines années.      

Pour la mairesse de Montréal, Valérie Plante, il s'agit d'une bonne nouvelle parce que l'intelligence artificielle a le pouvoir «d'améliorer la qualité de vie des citoyens et d’imaginer les villes de demain».    

Expertise mondiale   

Une fois de plus, c'est le bassin québécois de talents et l'expertise de réputation mondiale de l'Institut québécois d’intelligence artificielle (MILA), dirigé par le chercheur de renommée mondiale Yoshua Bengio, qui ont séduit ces sociétés étrangères.    

Au point où QuantumBlack, une branche de McKinsey, établira son centre en intelligence artificielle au sein même de MILA.    

QuantumBlack a été fondée à Londres il y a dix ans. Son but est d'améliorer le rendement des entreprises. Elle s'intéresse aux sciences de la vie, à l’aérospatiale, de même qu'aux finances et aux ressources naturelles.      

Déjà, la compagnie a indiqué qu'elle aura soif de scientifiques de donnés, de techniciens d’apprentissage machine et d’ingénieurs logiciels.    

De son coté, WinningMinds a mis au point une plateforme d’analyse commerciale capable d’analyser en temps réel les comportements des individus au sein d’une équipe pour recruter les meilleurs talents.    

Quant à BIOS, elle œuvre en neuro-ingénierie. Elle conçoit un logiciel qui peut relier le système nerveux aux algorithmes de l’intelligence artificielle.    

L’entreprise vient d'ailleurs d’amasser 4,5 millions $ US pour sa ronde de démarrage, dont une partie de l'argent vient de la firme montréalaise Real Ventures.    

Intelligence éthique   

L'arrivée des ces nouveaux joueurs au Québec survient le jour du dévoilement de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l'intelligence artificielle.    

Pensée par l'Université de Montréal, en collaboration avec les Fonds de recherche du Québec, cette déclaration vise à mettre en garde contre les défis éthiques et sociaux des progrès technologiques liés à l'intelligence artificielle.    

« Comme scientifique, je sens une grande responsabilité de veiller à ce que l’utilisation des fruits de mes recherches et de tout le secteur de l’intelligence artificielle se fasse au bénéfice du plus grand nombre», a insisté Yoshua Bengio, membre du comité d’orientation de la Déclaration de Montréal IA responsable.