/opinion/blogs/columnists
Navigation

La colonisée de Montréal

Montréal abandonne peu à peu le français

La colonisée de Montréal
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

Valérie Plante fait vraiment tout ce qu’elle peut pour nous faire comprendre qu’elle aimerait bien avoir un rôle dans un remake du Temps des bouffons. On l’aura compris au fil des mois, la mairesse préfère l’anglais au français, comme si elle se grandissait en parlant sans accent la langue des puissants. Et puis, à l’heure du cosmopolitisme municipal, qui en pousse plusieurs à voir Montréal comme une cité-État délivrée du Québec et directement intégrée au circuit de la mondialisation, ils sont plusieurs à croire que l’anglais est la langue de la rencontre des cultures, alors que le français ne serait celle que du repli provincial. C’est l’argument à la mode dans la mouvance diversitaire, qui met de l’avant un antinationalisme enragé.  

Cela dit, la mairesse Plante, à qui on pourra bientôt remettre le trophée de colonisée en chef de la ville de Montréal, s’est dépassée en prononçant, à Montréal même, dans le cadre d’une annonce économique, un discours exclusivement en anglais, au-delà du «bonjour» protocolaire, auquel elle a quand même fait le pénible effort de se soumettre. Quand on lui a poliment fait remarquer qu’il y avait là quelque chose d’un peu problématique, elle a balayé l’observation du revers de la main, comme si ceux qui s’opposaient étaient de désagréables moustiques, avant que ses conseillers en communication ne lui fassent manifestement comprendre qu’elle gaffait et qu’elle ne cherche à corriger son propos.   

Son explication? Elle était «dans le moment»! Ah bon! Ça change tout! Pourquoi nous alarmions-nous? Qu’en comprendre sinon que spontanément, Valérie Plante préfère l’anglais et qu’il ne lui est pas venu à l’esprit qu’une telle chose ne se faisait tout simplement pas. Qu’en comprendre sinon qu’elle doit se rappeler contre son premier réflexe que le français est notre langue commune? Ensuite, elle s’est même excusée sur Twitter. Mais ces excuses ne changent rien à la chose et ne doivent pas nous interdire de réfléchir sur l’événement: sur le fond des choses, le comportement de Valérie Plante n’avait rien de surprenant. Elle s’est comportée comme ce gérant francophone d’Adidas qui avait inauguré en anglais son magasin à l’automne 2017 sans même y penser, probablement parce qu’il était aussi «dans le moment». De plus en plus, sans qu’on le dise, à Montréal, le français est vu comme la langue communautaire des «Canadiens-français»: dès qu’on veut affirmer la vocation «internationale» de la métropole, on passe à l’anglais.  

Le français n’est plus la langue commune de notre métropole. C’est la langue d’un Québec historique résiduel dans la métropole. C’est une langue traitée comme un reste provincial des temps oubliés de la fierté nationale. Les francophones les plus ambitieux l’ont compris: eux-mêmes passent à l’anglais spontanément, quitte à faire un compromis en passant par le franglais. Ils y voient un signe de modernité. Ils envoient aussi un signe ostentatoire d’appartenance au nouveau peuple multiculturel et bilingue qui se substitue peu à peu au peuple québécois sur l’ile de Montréal - qui serait de toutes façons un territoire amérindien non-cédé, en d’autres mots, un territoire où le Québec ne serait pas chez lui. Cette tendance s’amplifiera tant que le Québec ne se donnera pas comme objectif de réintégrer mentalement, politiquement et culturellement Montréal dans le cadre de la nation québécoise. Il y a des limites à devenir étranger chez soi.