/entertainment/stage
Navigation

Sophie Cadieux triomphe à Paris

Sophie Cadieux
Photo courtoisie Sophie Cadieux

Coup d'oeil sur cet article

Sophie Cadieux a charmé le public et les médias français avec la pièce 4.48 Psychose, présentée à Paris tout le mois de novembre. Si bien que « de nouvelles dates sont déjà en pourparlers pour l’an prochain », annonce la comédienne.

« Des diffuseurs sont venus à différentes représentations. Si ça peut ouvrir la porte au spectacle et lui permettre de vivre encore plus longtemps, alors je serais réellement heureuse », raconte Sophie Cadieux, de retour dans la métropole.

Récompensée ici

D’abord présentée dans la métropole en janvier 2016, 4.48 Psychose lui a valu non seulement des éloges, mais également le prix de l’Association des critiques de théâtre. Mais Sophie Cadieux savait fort bien que ce succès remporté à la maison ne garantissait pas un accueil aussi chaleureux dans l’Hexagone.

« On savait que le théâtre de la Villette était enthousiaste à l’idée de présenter cette pièce. Mais il restait quand même à convaincre le public. C’est une œuvre qui a été souvent montée en France, et nous, on arrivait avec une nouvelle traduction, une nouvelle mise en scène et mon accent québécois », dit la comédienne en riant.

« Mais on n’a eu aucune remarque sur mon accent. Je suis contente de voir que ça n’a pas été un enjeu et que les gens se sont attardés au propos », poursuit Sophie Cadieux.

Ce propos, il est dur. 4.48 Psychose est la toute dernière pièce écrite par la dramaturge britannique Sarah Kane, avant qu’elle ne s’enlève la vie à l’âge de 28 ans. Elle y décrit ses états d’esprit dépressifs à travers des monologues intérieurs et des conversations imaginaires avec un médecin.

La force dans la souffrance

Sophie Cadieux n’est pas étrangère à ce genre de propos. Elle a elle-même adapté les mots de Nelly Arcan pour le spectacle La fureur de ce que je pense, et elle campe présentement le personnage de Valérie, une femme en plein coeur d’un foudroyante dépression, dans la populaire émission Lâcher prise. Une troisième saison de cette comédie dramatique est d’ailleurs attendue en janvier sur les ondes de Radio-Canada.

«J’aime montrer la force des gens qui, aux yeux des autres, sont démunis. Ceux qui se battent contre la dépression, ou contre des maladies mentales, ne sont pas faibles; ce sont des battants. Et je trouve ça important de le montrer», insiste-t-elle.

Le personnage de Valérie, aura, on présume, une fin plus heureuse que Sarah Kane et Nelly Arcan. Mais pour ces deux dernières, il est aussi important de montrer qui elles ont été, ainsi que leur legs littéraire.

«Avec le temps, on arrive mieux à se détacher de leur acte final. Ce sont des femmes qui se sont donné la mort, oui, mais ce geste n’est pas la totalité de qui elles sont, de ce qu’elles ont fait durant leur vie. Elles ont aussi laissé derrière elles des oeuvres magnifiques», explique Sophie Cadieux.