/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un pitbull attaque des handicapées

Un pitbull attaque des handicapées

Coup d'oeil sur cet article

Voulez-vous bien me dire ce que ça va prendre pour que l’État québécois prenne des mesures musclées contre les chiens de type pitbull ?

Tuer et bouffer une femme dans sa propre cour ? Pas assez ?

Attaquer et blesser gravement des dizaines d’enfants ? Pas assez ?

Attaquer et blesser gravement deux femmes de 31 et 73 ans, dont une qui risque de perdre un bras, dans un foyer pour handicapés ? On verra.

Mais pour l’instant, le lobby pro-pitbull gagne à tout coup.

Et voilà que la nouvelle ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, qui parle de ‘trouver un règlement pour encadrer l’ensemble des chiens au Québec.’

C’est quand la dernière fois qu’un Yorkie a envoyé quelqu’un sur la table d’opération le bras à moitié arraché ?

Comment les Ontariens ont-ils réussi à faire interdire les chiens de type pitbull sans que le ciel leur tombe sur la tête ?

Sont interdits dans la province voisine les Staffordshire bull terriers, les American Staffordshire terrier, les American pitbull terrier et les chiens croisés qui ont l’air de pitbulls, à moins que leurs maîtres puissent prouver qu’ils sont d’une autre race et purs.

Les Britanniques, qui adorent les chiens autant que les libertés individuelles, interdisent le pitbull terrier et les chiens qui lui ressemblent, ainsi que le Tosa japonais, le Dogo argentin et le Fila brésilien.

L’Australie aussi interdit les pitbulls.

C’EST QUOI NOTRE PROBLÈME ?