/sports/hockey
Navigation

Année de misère à Saint-Jean

Les Sea Dogs ont l’équipe la plus jeune de toute la Ligue canadienne de hockey

L’attaquant Josh Lawrence fait partie de la relève des Sea Dogs. En 20 matchs cette saison, il compte 12 points
Photo courtoisie, Sea Dogs de Saint-Jean L’attaquant Josh Lawrence fait partie de la relève des Sea Dogs. En 20 matchs cette saison, il compte 12 points

Coup d'oeil sur cet article

Apprendre dans la défaite, c’est le pari qu’a pris le directeur général des Sea Dogs de Saint-Jean, Trevor Georgie, cette saison.

Si les joueurs apprennent, on le saura réellement au cours des prochaines saisons. S’ils souffrent ? Assurément, et Georgie le reconnaît lui-même.

Les Sea Dogs croulent actuellement dans les bas-fonds du classement général de la LHJMQ, avec une récolte de seulement neuf points de classement en 28 rencontres, en excluant celle de mercredi soir. L’équipe a mis fin, le week-end dernier contre les Foreurs de Val-d’Or, à une séquence de 17 défaites consécutives.

Les Sea Dogs comptent sur un noyau de jeunes joueurs fort prometteurs avec, en tête de liste, l’attaquant Josh Lawrence et un trio de défenseurs âgés de 16 ans composé de William Villeneuve, Jérémie Poirier et Charlie DesRoches.

Toutefois, c’est l’expérience qui manque au sein de cet alignement. En plus des quatre joueurs de 16 ans mentionnés ci-haut, les Sea Dogs en comptent un cinquième, Brady Burns, ainsi que sept joueurs âgés de 17 ans.

« Reconstruction complète »

Leur moyenne d’âge de 17,67 ans en fait l’équipe la plus jeune de toute la Ligue canadienne de hockey (LCH).

« C’est un pas vers l’arrière nécessaire pour notre organisation, a mentionné Georgie lors d’un entretien téléphonique avec Le Journal, mardi dernier. Nous avons pris la décision d’entamer une reconstruction complète puisqu’on l’a déjà fait deux fois dans les dernières années, avec succès. C’est douloureux, très douloureux, mais des jours meilleurs sont à prévoir », promet-il.

Le plan des Sea Dogs est strictement basé sur le développement optimal des jeunes joueurs de l’équipe, et, pour ce faire, ils ont cru bon de leur donner du temps de glace de qualité dès leur première saison afin de se faire les dents le plus rapidement possible.

Villeneuve, Poirier et DesRoches jouent entre 20 et 25 minutes par rencontre à la ligne bleue des Sea Dogs, tandis que Lawrence et Burns occupent les postes de centre no 1 et no 2 dans la hiérarchie offensive de l’équipe.

Des sceptiques

Au cours des dernières semaines, des intervenants du monde du hockey ont fait connaître leur scepticisme, sous le couvert de l’anonymat, face à cette stratégie. Mais Georgie croit dur comme fer à son plan.

Pour lui, il est possible de développer des jeunes dans un environnement où la victoire ne vient que très peu souvent.

« Après le dernier repêchage, on s’est assis avec les joueurs et leur famille, et leur avons expliqué qu’il était possible que nous vivions des séquences de quatre ou cinq défaites de suite. On ne s’attendait pas à avoir des séquences de 10 ou 11 revers, mais on savait que ce scénario était possible. On leur avait dit que ce serait une année difficile et qu’il y aurait de l’adversité. On croit fermement qu’il y a beaucoup à apprendre dans la défaite, avant de gagner. »

Développement

Même si les résultats sur la patinoire ne sont pas là, Georgie voit avec positivisme le développement de ses jeunes joueurs. Il a réitéré sa pleine confiance en l’entraîneur-chef Josh Dixon. « Il fait beaucoup de développement au niveau des habiletés individuelles avec nos jeunes. De plus, il est allé chercher Stefan Legein pour être son adjoint, lui qui travaille avec John Tavares durant l’été. Nos joueurs de 16 ans sont souvent nos meilleurs joueurs, ce qui est spécial et un excellent signe pour l’avenir. »

Les Sea Dogs ne pourront profiter de leur saison de misère pour repêcher à un rang élevé l’été prochain. Ils n’ont plus leur premier choix au prochain repêchage, puisqu’il avait été envoyé aux Foreurs de Val-d’Or en 2017, dans l’échange qui avait amené Julien Gauthier à Saint-Jean. Les Sea Dogs détiennent toutefois la première sélection de l’Armada au prochain encan, ainsi que trois choix de premier tour en 2020.

La grosse année de Théo Rochette

Théo Rochette vient au quatrième rang chez les patineurs âgés de 16 ans dans la LHJMQ. L’attaquant a 14 points, dont cinq buts, en 23 matchs.
Photo d'archives, Agence QMI
Théo Rochette vient au quatrième rang chez les patineurs âgés de 16 ans dans la LHJMQ. L’attaquant a 14 points, dont cinq buts, en 23 matchs.

L’année 2018 a été chargée pour l’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi Théo Rochette.

Le jeune patineur de 16 ans a représenté la Suisse au Championnat mondial des moins de 18 ans en avril dernier, avant d’être ajouté à la liste finale du CSR en vue du repêchage de la LHJMQ.

Il a ensuite participé à la Coupe Hlinka/Gretzky, avec la Suisse, en août, fait ses débuts dans la LHJMQ avec les Sags, qui l’avaient repêché avec le septième choix au total, puis représenté le Canada lors du Défi mondial des moins de 17 ans au Nouveau-Brunswick.

Mais tout ça ne semble pas trop le déranger, du moins pas sur le plan de la fatigue. Ce qui le chicote davantage, c’est sa production offensive, lui qui compte 14 points en 23 matchs, ce qui le place au 15e rang chez les joueurs recrues du circuit (avant les matchs de mercredi), mais surtout en quatrième place pour les patineurs âgés de 16 ans, derrière Mavrik Bourque (Shawinigan, 20 pts), Hendrix Lapierre (Chicoutimi, 18 points) et Elliot Desnoyers (Moncton, 15 points).

« Je ne produis pas comme je voudrais, mais quand ça va débloquer, ça va mieux aller », a-t-il mentionné, dur envers lui-même.

Confiance

S’il ne produit pas à son goût dans la LHJMQ, Rochette l’a certainement fait au dernier Défi mondial des moins de 17 ans où il a récolté sept points, dont cinq passes en cinq matchs avec Équipe Canada Noir.

« Ça m’a vraiment fait du bien pour ma confiance. C’est une belle expérience, et jouer avec des gars qui feront partie du programme de Hockey Canada ça va m’aider pour le reste de la saison. »

D’ailleurs, il a pu représenter le Canada puisque le Défi mondial n’est pas un événement sanctionné par la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG). Inévitablement, Rochette devra faire un choix entre la Suisse et le Canada, puisqu’une fois qu’un joueur porte l’uniforme d’un pays lors d’un tournoi de la FIHG il y est associé pour le reste de sa carrière.

« Je sais que je devrai faire un choix, mais pour l’instant j’essaie de ne pas trop y penser. Ce sera un choix difficile », conclut celui qui a les deux nationalités.

Dans le calepin...

  • Yanick Jean a répondu avec franchise lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait du jeu de l’espoir du Canadien Samuel Houde, la semaine dernière. « Il sera le premier à dire qu’il est capable de plus que ça. [...] Je pense qu’il ne veut pas mal faire, mais des fois il essaie de mettre toute l’équipe sur son dos et trop en faire. Être repêché par le Canadien, au Québec, c’est un ajustement, car tu te retrouves sous les projecteurs. C’est une grosse année d’apprentissage pour lui. Il est le leader offensif de notre équipe et il le ressent. Il sent qu’il doit en faire plus. » Houde est actuellement à l’écart en raison d’une commotion cérébrale. En 26 matchs, il compte 15 points.
  • La liste des joueurs invités aux différents camps nationaux pour le Championnat mondial de hockey junior a commencé à être dévoilée et certains clubs de la LHJMQ seront touchés plus que d’autres, comme les Voltigeurs de Drummondville et les Mooseheads d’Halifax. Joseph Veleno, Maxime Comtois et Nicolas Beaudin des Voltigeurs ont été invités par Équipe Canada junior, il en va de même pour Jared McIsaac et Raphaël Lavoie chez les Mooseheads, tandis que leur joueur tchèque Ostap Safin participera au camp de sa formation nationale.
  • Le directeur général des Tigres de Victoriaville, Kevin Cloutier, a fait preuve d’humour cette semaine pour parler de sa stratégie à l’aube de la période des transactions. « Je suis à l’écoute pour tous mes vétérans sans exception. En même temps, je ne veux pas les laisser aller pour un trio Big Mac, comme a déjà lancé mon ami Steve Ahern », a-t-il mentionné au collègue Matthew Vachon de la Nouvelle Union. Ç’a le mérite d’être clair !
  • La rencontre entre les Foreurs de Val-d’Or et les Islanders de Charlottetown, prévue dimanche dernier, sera finalement reportée au 6 janvier. La rencontre a dû être annulée en raison de la qualité de la glace au Eastlink Center. Puisqu’il ne s’agit que d’un voyage d’une rencontre, les Foreurs se déplaceront en avion vers l’Île-du-Prince-Édouard pour la reprise du duel.

Le face à face

Philipp Kurashev | Remparts | Centre

L’attaquant Josh Lawrence fait partie de la relève des Sea Dogs. En 20 matchs cette saison, il compte 12 points
Photo courtoisie, Martin Houde
  • Buts 16
  • Aides 25
  • Points 41
  • Différentiel -1

Daniel Hardie | Islanders | Ailier gauche

L’attaquant Josh Lawrence fait partie de la relève des Sea Dogs. En 20 matchs cette saison, il compte 12 points
Photo courtoisie, Islanders de Charlottetown
  • Buts 16
  • Aides 15
  • Points 31
  • Différentiel +15

6

Nombre d’anciens de la LHJMQ qui porteront les couleurs de l’équipe des étoiles universitaires U Sports qui affrontera Équipe Canada Junior lors de deux matchs hors-concours, les 12 et 14 décembre prochain, en vue du Mondial junior.

300

Le 5 décembre 1985, Patrick Émond récolte sa 300e passe en carrière dans la LHJMQ, devenant le troisième de l’histoire à atteindre ce plateau après Denis Savard et Mario Lemieux.

72

Le nombre de minutes de pénalité du défenseur des Olympiques de Gatineau Gabriel Bilodeau cette saison. Un sommet dans la LHJMQ, avant les matchs de mercredi.