/entertainment/movies
Navigation

Cinéma Le Clap: Des écrans de plus à Québec

Les projets du Clap permettront d’accueillir plus de cinéphiles

Robin Plamondon et Michel Aubé dans l’une des huit salles du tout nouveau Cinéma Le Clap de Loretteville. La plus grande salle pourra asseoir 200 cinéphiles.
Photo Didier Debusschère Robin Plamondon et Michel Aubé dans l’une des huit salles du tout nouveau Cinéma Le Clap de Loretteville. La plus grande salle pourra asseoir 200 cinéphiles.

Coup d'oeil sur cet article

Netflix va tuer le cinéma en salles ? Allez raconter ça à d’autres que les dirigeants du Clap. Ils sont tellement convaincus du contraire qu’ils vont même ajouter treize écrans de plus dans la ville de Québec d’ici la fin de 2019.

Ça commence dès jeudi soir. La projection, sur invitation seulement, de If Beale Street Could Talk marquera l’ouverture du tout premier cinéma à s’établir au nord du territoire de la ville, à Loretteville, coin Racine et de l’Ormière.

L’ouverture de ce tout nouveau Clap de huit salles précède d’un an le déménagement du Clap original, celui de la Pyramide, qui quittera son foyer des trois dernières décennies pour aller s’établir à Place Sainte-Foy. L’opération lui fera gagner cinq écrans.

De 44 actuellement, on passera donc à 57 écrans sur le territoire de Québec.

« Quand j’ai commencé, il y a 33 ans, les financiers me disaient que j’étais à contre-courant parce que toutes les semaines, dans les journaux, on voyait que des salles de cinéma fermaient à cause de la vidéocassette. Or, aujourd’hui, la vidéocassette va moins bien que les salles de cinéma », fait remarquer l’un des fondateurs du Clap, Michel Aubé.

« Avant, c’était l’arrivée de la télé qui constituait la menace. À mon avis, ça n’a rien à voir. Les gens ont une cuisine bien équipée, est-ce que les restaurants ferment ? », questionne le copropriétaire de l’entreprise, Robin Plamondon.

Se rapprocher des gens

En s’installant à Loretteville, dans un secteur en plein développement, le Clap s’attend même à gagner des cinéphiles.

Des sondages le démontrent, arguent les patrons du Clap. Parmi les gens qui ne fréquentent jamais le cinéma, 65 % commenceraient à y aller si un cinéma de quartier s’installait dans le secteur, selon des coups de sonde réalisés avant la mise en chantier du projet.

« On se rapproche des gens, ceux qui se tapent Robert-Bourassa le matin pendant une heure et qui ne veulent pas ressortir le soir », indique Michel Aubé.

Plus commercial

Fin seul au nord de la ville, le Clap de Loretteville aura un visage légèrement différent de son grand frère de Sainte-Foy. Le cinéma commercial y aura davantage droit de cité, annonce M. Aubé. « Ça va rester hybride, avec une dominante commerciale. »

« On va s’adapter à la clientèle, ajoute Robin Plamondon. Dans le secteur, il y a une forte proportion de jeunes de moins de 25 ans. Donc, les 15-19 sont bien représentés. Nous aurons à les courtiser et leur faire connaître le cinéma. »

Les écrans à Québec

  • Cinéma Le Clap à la Pyramide  (fermeture en décembre 2019) : 7
  • Cinéma Le Clap à Place Sainte-Foy (à compter de décembre 2019) : 12
  • Cinéma Le Clap Loretteville : 8
  • Cineplex Beauport : 16
  • Cineplex Sainte-Foy : 14
  • Cinéma Cartier : 5
  • Cinéma IMAX : 1
  • Musée national des Beaux-arts du Québec : 1