/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le féminisme qui ronronne

Tanya Lapointe et Laurence Trépanier
Photo Agence QMI, Mario Beaurefard Tanya Lapointe et Laurence Trépanier

Coup d'oeil sur cet article

Quand j’ai appris que Radio-Canada­­­ présentait un documentaire sur le féminisme et la parité, j’étais ravie.

Enfin, on allait entendre une variété de points de vue, enfin, une diversité d’opinions !

Quelle déception ! Dans 50/50 : Le documentaire, réalisé par Tanya Lapointe et Laurence Trépanier (présenté ce soir à 20 h à Ici RDI), tout le monde pense pareil (la parité, c’est fabuleux) et débite des évidences (le sexisme, c’est dégueu).

À BAS LE PATRIARCAT !

Le film a été tourné dans un grand loft tout blanc, et on n’y voit que des invités bien maquillés qui parlent dans un éclairage tout doux.

C’est la vision Marilou des documentaires, sauf qu’au lieu de préparer trois plats par jour, on fait tout un plat avec la terrible condition des femmes au Québec.

Imaginez donc : une chroniqueuse et auteure (enceinte jusqu’aux oreilles) trouve qu’on ne voit pas assez de femmes enceintes à l’écran au Québec.

Une reine des médias sociaux affirme qu’Instagram est néfaste pour les filles, car on y accorde trop d’importance à l’apparence.

Misère, les femmes d’Iran, du Mali ou d’Inde doivent vraiment trouver qu’on fait pitié au Québec...

Les hommes qui sont interviewés dans le documentaire 50/50 sont là pour faire leur mea culpa, dire à quel point ils ont vu la lumière et sont devenus de bons féministes.

Dans son équipe de soccer, le militant Will Prosper entend parfois des jeunes garçons qui traitent de « fille » ou de « pussy » un joueur qui a été mauvais. Bien sûr, Will Prosper chicane ces vilains garçons qui disent de telles horreurs !

Alexandre Taillefer raconte qu’il a déjà fait une blague de mononcle. Son entourage lui a fait remarquer, il s’est excusé et maintenant, alléluia, il ne fait plus de joke de mononcle ! Dieu qu’on aime ça au Québec voir des hommes s’auto­flageller !

Amir Khadir apprend à Françoise David, qui ne s’en était jamais rendu compte, que depuis des années, il se tient toujours un pas en arrière d’elle pour que les journalistes soient plus portés à lui poser des questions à elle plutôt qu’à lui. Mais quel héros !

La journaliste de L’Actua­lité Noémie Mercier­­­ affirme tout au début­­­ du documentaire, au sujet de la parité : « 50/50, c’est absolument non négociable »... et personne ne vient la contredire.

Tout le monde pense pareil à part une seule intervenante, qui se plaint qu’au Québec, on ne valorise pas assez la place et le rôle des mères qui restent au foyer.

HOMMES FEMMES, MODE D’EMPLOI

Hier à QUB Radio, Tanya Lapointe me racontait qu’elle avait été choquée quand Lise Thériault, alors ministre de la condition féminine, avait déclaré : « Je suis beaucoup plus égalitaire que féministe ». Ça aurait donc été intéressant que Tanya s’intéresse à l’opinion de ces femmes et ces hommes qui remettent en question le dogme féministe de 2018. Il aurait été intéressant de comprendre pourquoi, pas plus tard qu’en 2015, 68 % des lectrices de Châtelaine avaient affirmé ne pas s’identifier comme féministes...

Le documentaire sur le féminisme qui donnera la parole à une diversité de points de vue, qui brassera la cage et offrira un vrai regard critique... on l’attend toujours.