/news/politics
Navigation

Assemblée nationale: QS n’a pas respecté la procédure parlementaire

Coup d'oeil sur cet article

La période de questions a attiré l’attention des observateurs encore une fois ce matin, les élus de Québec solidaire (QS) ne s'étant pas pliés à la procédure parlementaire.

Mario Dumont s’est penché sur le sujet dans son émission, avec l’analyste Caroline St-Hilaire. 

Après une journée où les députés de QS ont fait parler d’eux en affirmant vouloir briser le «code vestimentaire» traditionnellement respecté à l’Assemblée nationale, ils sont allés plus loin aujourd’hui en posant des questions qui ne se rattachaient pas au sujet principal. 

Dans l’enceinte du Salon bleu, chaque question principale de l’opposition doit être suivie de deux questions complémentaires portant sur le même sujet. 

Le président de l'Assemblée peut s'opposer aux questions complémentaires qui ne portent pas sur le sujet principal. Ce que n’a pas fait François Paradis. 

Le leader du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, l’a souligné en Chambre, ce à quoi Gabriel Nadeau-Dubois a répondu: «Ce n’est pas au leader du gouvernement à écrire les questions des oppositions.»

 «Si les oppositions ne veulent pas suivre les règles, monsieur le président, nous avons un problème», a ajouté Jolin-Barrette. 

 «Étirer l’élastique»

Cette façon de faire va encore une fois donner beaucoup de visibilité aux partis d’opposition, jugent Mario Dumont et Caroline St-Hilaire, mais à quel prix? 

«C’est payant si tu veux rentrer dans le bulletin de nouvelles... Tu trouves trois sujets, avec moins de temps de parole, tu couvres tout», analyse l’animateur. Ils sont en train d’étirer les élastiques de tous les bords!» 

«Mais tu sais ce que ça fait, quand on étire trop un élastique? Ça peut te “péter dans la face”», de dire Mme St-Hilaire. 

Elle trouve toutefois que certaines manœuvres et certains débats soulevés par QS sont intéressants.

«Mais tu ne peux pas faire ça chaque fois quand ça fait ton affaire. [...] Ils sont créatifs et distrayants, et on parle d’eux tous les jours», conclut-elle.