/news/politics
Navigation

Carmant veut un débat sur la fixation de l’âge légal de consommation d’alcool et de tabac à 21 ans, Legault dit non

Le premier ministre du Québec, François Legault, et le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant
Photo d'archives, AGENCE QMI Le premier ministre du Québec, François Legault, et le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre délégué à la Santé Lionel Carmant croit que le Québec devrait avoir un débat sur la fixation de l’âge légal de consommation d’alcool et de tabac à 21 ans, mais le premier ministre ferme la porte.

«C’est un débat que nous devrions avoir. Même chose pour le tabac [That's a debate we should have. Same thing with tobacco]», a affirmé M. Carmant, en anglais, au micro de CBC.

À l’entrée du caucus caquiste, il en a rajouté. «On doit protéger la jeunesse et on va commencer par le cannabis [...] On pourrait en débattre», a-t-il indiqué. M. Carmant a déposé mercredi un projet de loi pour faire passer l’âge légal de consommation de cannabis à 21 ans.

Le premier ministre François Legault a toutefois mis le couvercle sur la marmite. «On n’a aucune intention de changer l’âge légal de consommation d’alcool», a-t-il laissé tomber, en anglais, avant de filer vers la période de questions.

Manque de cohérence

Les partis d’opposition ont toutefois sauté sur l’occasion pour montrer «l’absence de cohérence» de la CAQ dans ce dossier épineux.

«Ils ont un problème de cohérence scientifique et ils essaient de s’en sortir. Si c’est bon dans un domaine, c’est bon dans l’autre. Si tu es cohérent, tu n’as pas le choix. Pour être cohérent avec le 21 ans pour le cannabis, ça prend le 21 ans pour l’alcool et les cigarettes», a indiqué le libéral Gaétan Barrette.

«C’est ce qui arrive quand on utilise une donnée non scientifique pour faire de la politique. L’alcool, ce n’est pas bon pour la santé. La cigarette, ce n’est pas bon pour la santé. C’est la même chose pour le cannabis. M. Carmant est pris avec un problème de cohérence politique. Il veut monter l’alcool et la cigarette à 21 ans! Bonne chance!» a-t-il lancé.

Le chef péquiste Pascal Bérubé a renchéri: «C’est manifestement basé sur une conception personnelle du Dr Carmant qui est en train de devenir une politique publique. Ça serait plus simple de faire marche arrière pour arrimer la consommation de cannabis à la consommation d’alcool», a-t-il dit.

Enrichir les criminels

Il croit d’ailleurs que la décision de la CAQ, de porter à 21 ans l'âge légal de consommation de cannabis au Québec, permettra aux groupes criminels de s’en mettre plein les poches. «Le crime organisé a probablement applaudi en même temps que les députés de la CAQ lorsque le projet de loi a été déposé», a-t-il lancé.

Pour Gabriel Nadeau-Dubois, la sortie du Dr Carmant est «cohérente avec l’attitude générale du gouvernement sur la question du cannabis, qui est une approche idéologique, conservatrice et quasiment anti-scientifique».

«C’est révélateur d’une mentalité conservatrice et ça nous ramène en arrière. Les enjeux comme l’alcool et les drogues, ce n‘est pas par la répression et les interdictions qu’on va les gérer collectivement, c’est par la prévention et la santé publique», a-t-il dit.