/news/currentevents
Navigation

Menaces contre un journaliste: un leader de la mafia coupable

Francesco Del Balso
Photo courtoisie, The Gazette Francesco Del Balso

Coup d'oeil sur cet article

Un leader de la mafia montréalaise vient d’écoper d’un mois de prison pour avoir menacé de mort un journaliste du Bureau d’enquête en disant à un procureur qu’il allait le mettre «dans un conteneur».

«[Francesco Del Balso] aurait dû savoir que ses propos, compte tenu de son profil, pouvaient être pris au sérieux», a expliqué aujourd'hui, au palais de justice de Montréal, l’avocat de la défense Antonio Francischiello.

Juste avant, le lieutenant du clan Rizzuto venait de se reconnaître coupable d'avoir proféré des menaces contre le journaliste Félix Séguin le 11 octobre dernier, lors d’une rencontre avec un procureur de la Couronne.

Del Balso, 48 ans, n’était pas content d’un reportage de notre Bureau d’enquête où on l'associait à des activités d’extorsion dans la région de Québec. Del Balso était alors en liberté conditionnelle, à la suite d’une condamnation de 15 ans de pénitencier en 2008.

À l’époque, dans le cadre de la vaste opération antimafia Colisée, il s’était reconnu coupable de trafic de cocaïne et de gangstérisme, entre autres.

Mécontent

La liberté de Del Balso n’a pas été révoquée à la suite du reportage de Félix Séguin, et aucune accusation n’a été déposée relativement aux activités d'extorsion présumées. Cependant le leader mafieux, mécontent, a tenté d’obtenir un ordre de la cour interdisant au journaliste Félix Séguin de le contacter.

Del Balso a pu rencontrer un procureur et exposer sa demande, mais elle a été rejetée.

«En réponse à ce refus, c’est à ce moment que l’accusé a dit: “Va-tu falloir que je m’en occupe moi-même?” et “Va-tu falloir que j’organise ça moi-même, pour qu’il se retrouve dans un conteneur?”» a expliqué ce matin le procureur de la Couronne Simon Lacoste.

Le jour même, Del Balso a été arrêté et réincarcéré. Sa libération conditionnelle a immédiatement été révoquée.

«Il s’agit d’une accusation sérieuse, la victime est journaliste», a rappelé le juge Robert Marchi en condamnant Del Balso.

Contacts interdits

En plus de la peine d’un mois de détention, l’accusé devra respecter une probation de deux ans pendant laquelle il lui sera interdit de communiquer avec le journaliste Félix Séguin ou même de s’approcher de sa résidence ou de son lieu de travail.

En l’absence du juge, Del Balso a fait savoir que cette condition ne le dérangeait nullement.

«Ça peut être 100 ans que ça ne changerait rien», a-t-il dit.

Del Balso a également fait un don de 2000 $ aux Centres d’aide aux victimes d’actes criminels.

La condamnation a été négociée par les avocats, dans le cadre de séances de facilitation devant un juge.