/opinion/blogs
Navigation

Tirer parti du potentiel de l’intelligence artificielle

Coup d'oeil sur cet article

L’intelligence artificielle (IA) est rapidement devenue une technologie perturbatrice qui réorganise la façon dont nous interagissons avec le monde. En fait, votre appli de covoiturage, le système de détection de fraude de votre banque et vos comptes de médias sociaux l’utilisent déjà.

Le Canada s’est démarqué comme chef de file mondial en IA, en grande partie grâce aux investissements importants du gouvernement dans ce domaine de l’innovation numérique. Notre gouvernement veut s’assurer que nous tirons parti de ces investissements, ainsi que du potentiel de l’IA, pour offrir de meilleurs services gouvernementaux aux Canadiens. Grâce à l’IA, nous pouvons réduire les arriérés et les délais de traitement tout en offrant aux Canadiens et aux entreprises un service pratique et personnalisé sans précédent.

Mais qui dit leadership en matière d’IA dit aussi responsabilité. On ne doit pas profiter des avantages de l’IA au détriment des droits des Canadiens. Nous élaborons actuellement, de façon ouverte, une directive qui énonce les responsabilités des ministères fédéraux qui utilisent l’IA et qui fera en sorte que les Canadiens reçoivent des explications pertinentes sur le travail du gouvernement réalisé par des machines. Et même si des machines pourront faire certaines évaluations, il incombera en définitive à des êtres humains de s’assurer que les décisions sont appliquées de façon responsable.

Vous avez peut-être entendu parler dans les médias des préjugés relevés dans certains systèmes d’IA. Nous nous attaquons à ce problème de front, non seulement parce que c’est un sujet préoccupant, mais aussi parce que c’est une occasion d’apprentissage. Nous explorons des méthodes automatisées pour déceler les décisions touchées par des préjugés et, si on en trouve, les signaler à des examinateurs humains. Mais, par la même occasion, l’IA peut nous aider à cerner et à éviter les préjugés. Puisqu’on entre des données réelles dans les systèmes d’IA, cette technologie peut permettre de révéler les préjugés humains existants pour qu’on puisse en rendre compte.

Nous mettons également au point l’un des premiers outils au monde permettant à un gouvernement d’évaluer l’incidence de l’utilisation des algorithmes. Cet outil nous aidera à comprendre et à atténuer le risque potentiel lié à l’utilisation responsable de l’IA au cas par cas. Nous avons longuement consulté le milieu universitaire, la société civile et l’industrie, et nous continuerons à le faire au cours des prochains mois. Notre approche quant à l’élaboration de politiques est l’une des plus transparentes de l’histoire du Canada, ayant été complètement ouverte au public depuis janvier 2018. L’ouverture et la transparence sont essentielles à l’utilisation responsable de l’IA.

On ne peut pas vraiment dire que l’IA s’en vient, car elle est déjà là. En nous assurant que l’IA est régie par des valeurs et une éthique claires, conformément aux obligations en matière de droits de la personne, nous pouvons renforcer le leadership mondial du Canada, tout en veillant à ce que les Canadiens profitent de cette technologie fascinante.