/news/politics
Navigation

Fin de session parlementaire: «défi relevé», considère la CAQ

La vice-première ministre Geneviève Guilbault a dressé un bilan positif de la première session de son parti

En l'absence du premier ministre François Legault, la vice-première ministre Geneviève Guilbault a dressé le bilan de la courte session parlementaire qui s’est terminée vendredi.
Photo JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS En l'absence du premier ministre François Legault, la vice-première ministre Geneviève Guilbault a dressé le bilan de la courte session parlementaire qui s’est terminée vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Avec trois importants projets de loi déposés en seulement deux semaines, « défi relevé » s’est réjouie la vice-première ministre Geneviève Guilbault, en dressant le bilan de la courte session parlementaire qui s’est terminée vendredi.

« Ce fut bref, mais très intense », a résumé d’entrée de jeu Mme Guilbault, aux côtés du leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, en l’absence du premier ministre François Legault, qui participait à une rencontre fédérale-provinciale à Montréal.

En l'absence du premier ministre François Legault, la vice-première ministre Geneviève Guilbault a dressé le bilan de la courte session parlementaire qui s’est terminée vendredi.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

« Haut la main »

À la suite des élections du 1er octobre, avec 51 nouveaux élus sur 74, « il y avait assurément un défi logistique » pour l’aile parlementaire caquiste, a reconnu la vice-première ministre. « Je pense qu’on l’a relevé haut la main », considère-t-elle.

Avec le dépôt des projets de loi sur la nomination de certains chefs de police, sur le resserrement de l’encadrement du cannabis et sur la taxation scolaire, les caquistes estiment que le « coup d’envoi » des grands changements promis a été donné.

« La seule idéologie que nous avons, c’est d’être cohérents avec les engagements que nous avons pris », a défendu la vice-première ministre, en réponse aux attaques dirigées contre son gouvernement lors de la présentation des bilans de fin de session des partis d’opposition.

Interrogée à savoir quels ont été les moins bons coups de la CAQ, Mme Guilbault s’est limitée à rappeler cet incident où, au Salon bleu, elle a omis de remettre en place le siège du premier ministre, de sorte que M. Legault s’est pratiquement retrouvé assis sur le plancher.