/news/provincial
Navigation

Le Bal du maire se surpasse encore

La soirée a permis d’amasser 415 000 $ pour les jeunes

Coup d'oeil sur cet article

Le prestigieux Bal du maire a une fois de plus été couronné de succès, vendredi soir, fracassant un record de participation en plus de permettre d’amasser 415 000 $, une somme jamais égalée depuis la création de l’événement il y a huit ans à Québec.

Avec 534 convives, jamais la salle de bal du Fairmont Le Château Frontenac n’avait accueilli tant d’invités pour la tenue de l’activité caritative, l’une des plus attendues de l’année dans la capitale, qui vise à amasser des fonds pour la Fondation Jeunes en Tête.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, était évidemment ravi de cet engouement. « C’est l’événement mondain de l’année », a lancé le parraineur de la soirée.

« Il y a des gens qui disent “allez au Centre des congrès, vous allez faire plus d’argent”. Mais on veut vraiment rester dans la salle de bal du Château, ce n’est pas pareil. Alors, on monte les prix », a-t-il précisé.

Salle comble

La soirée affichait complet depuis sept mois, forçant les organisateurs à refuser des inscriptions. La prise de réservations pour la prochaine soirée, dans un an, a même déjà commencé.

Le Bal du maire de 2018 aura été à la hauteur de sa réputation de soirée mondaine par excellence. Les convives, vêtus de leurs plus beaux habits, ont été accueillis dans un décor enchanteur, sous le thème « célèbre de nature ».

« Ce qui est intéressant, c’est que les gens, à la fois, ont du plaisir et sont sensibilisés au rôle de la Fondation et à l’impact qu’on a sur les organismes qu’on supporte dans la région », a fait remarquer Éric Bujold, de la Banque Nationale-Gestion privée 1859, qui préside la Fondation Jeunes en Tête.

Incontournable

L’événement philanthropique est désormais une source de financement incontournable pour cette organisation, dont la mission est de prévenir la détresse psychologique des jeunes de 11 à 18 ans au Québec.

Teddy Segor Ingabire, 19 ans, a coanimé la soirée avec l’animatrice Ève-Marie Lortie et a témoigné de l’aide que lui a apportée l’organisme Motivaction Jeunesse, qui reçoit justement des sommes de la Fondation. Le jeune homme, originaire du Burundi, un État africain au sud du Rwanda, a immigré au Québec l’an dernier comme demandeur d’asile.

« Quand je suis arrivé, je ne connaissais vraiment personne et je n’avais pas d’ami. [...] Ces organismes, on en a besoin. Ils font du bon travail », a-t-il souligné.

Une grande différence

« J’en ai trop vu, moi, des jeunes mal pris, des jeunes qui ont mal viré, à qui ce n’était pas la faute. Je trouve que la vie est bonne avec moi. Il faut redonner [...]. » –Régis Labeaume, maire de Québec

« Ça fait une grande différence [une soirée comme celle-là]. Tout l’argent qu’on amasse va aller directement aux écoles et aux jeunes qui sont en besoin. » –Nadine Renaud-Tinker, présidente d’honneur de l’événement et présidente, direction du Québec à la Banque RBC

« Comme adulte, j’ai un gros réseau autour de moi et je sais que ma fille aussi, si jamais ça ne va pas bien, mais je sais aussi qu’il y a des gens qui ne sont pas équipés comme ça. C’est pour ces gens que je suis ici ce soir. » –Ève-Marie Lortie, animatrice de la soirée