/news/currentevents
Navigation

Une femme qui a fraudé son amie d’enfance en prison

Karine Drouin a été reconnue coupable d'avoir fraudé pour plus de 30 000$ et a écopé de quatre mois de prison.
Photo courtoisie Facebook Karine Drouin a été reconnue coupable d'avoir fraudé pour plus de 30 000$ et a écopé de quatre mois de prison.

Coup d'oeil sur cet article

Karine Drouin, 45 ans, coupable d’avoir fraudé pour plus de 30 000 $ son amie d’enfance qui l’avait embauchée comme comptable dans son entreprise Déménagement à prix modique, a écopé de 4 mois de prison.

L’accusée avait demandé une peine qui lui aurait évité la détention, mais le juge Jean-Pierre Dumais n’a pas cru ses explications «toujours invraisemblables».

Le magistrat a souligné que lors des représentations sur la peine, Drouin a continué de nier avoir commis une fraude. Elle prétexte toujours, a-t-il dit, qu’il s’agissait d’un «prêt psychologique».

Drouin a aussi plaidé qu’elle «avait perdu sa belle vie», que sa réputation avait été «démolie» par la médiatisation de l’affaire et que la victime avait «abusé des procédures».

Ne croyant toujours pas l’accusée qui a agi selon «un haut degré de préméditation», le juge a prononcé une peine de 4 mois, suivie d’une probation de trois ans.

La Couronne demandait une peine de 6 mois, en prenant en compte le fait que Drouin a remboursé les sommes volées récemment.

La preuve a démontré que l’accusée sans antécédent judiciaire a volé plus de 30 000 $ à l’entreprise de son amie en imitant des signatures et en utilisant des chèques en blanc.

Elle maquillait les opérations comptables de l’entreprise pour camoufler ce qu’elle encaissait.