/weekend
Navigation

Du stand-up au premier rôle

WE 1208 Dossier Télé
Photo d’archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Depuis les débuts de la télévision, l’humour a toujours eu une belle de choix. À l’occasion de la 20e soirée des Olivier, je vous propose un tour d’horizon des émissions qui ont mis nos humoristes en valeur d’hier à aujourd’hui.

La période cabaret

Gilles Latulippe dans <i>Symphorien</i>
Photo d’archives, Agence QMI
Gilles Latulippe dans Symphorien

Jadis, les artistes de cabarets comme Olivier Guimond ou Gilles Latulippe pouvaient aussi s’éclater au petit écran. Guimond, comme son père, faisait dans le burlesque. À la télé, il a été notamment la vedette de Cré Basile en 1965 sous la plume de Marcel Gamache à Télé-Métropole. Dans les années 70, Gamache a propulsé le personnage de Symphorien, vu dans Cré Basile, en lui écrivant son propre show. Symphorien a duré sept ans. Puis, Les Brillant ont suivi, Latulippe continuant d’offrir au public un humour à la vaudeville. C’était avant le téléroman Poivre et Sel, et Les démons du midi qu’il a animée à Radio-Canada de 1987 à 1993.

L’humour des clubs

WE 1208 Dossier Télé
Photo courtoisie, Radio-Canada

Les Lundis des Ha ! Ha ! ont connu un succès monstre sur la scène du Club Soda, donnant une tribune à une nouvelle génération d’humoristes. Humour absurde ou à personnages, Ding et Dong en ont été les instigateurs. Le populaire duo l’a transposé au petit écran, faisant connaître du même coup au grand public les personnages de Popa et Moman qui allaient être les héros ordinaires d’une des séries les plus populaires de l’histoire de la télévision au Québec : La petite vie. Même 20 ans après la fin du dernier épisode, notons que les émissions de La petite vie figurent encore à la programmation de Radio-Canada. 

L’École nationale de l’humour et l’improvisation

À quelques exceptions près, plusieurs des humoristes bien en vue depuis les années 90 sont diplômés de l’École nationale de l’humour ou ils ont fait leurs classes en improvisation. Des parcours qui forcent à une construction de texte, un développement de personnage et un sens du punch aiguisé. Plusieurs humoristes comme Louis-José Houde, Alexandre Barrette, Patrick Groulx, Stéphane Rousseau ou Philippe Bond ont tenu la barre d’émissions à titre d’animateurs, d’autres ont endossé des rôles de fiction, devenant même les héros de leur propre série comme Cathy Gauthier, Daniel Lemire, François Massicotte et Peter MacLeod. En voici qui se sont démarqués récemment comme acteurs à la télé.

PATRICK HUARD

Patrick Huard dans <i>Les honorables</i>
Photo courtoisie, Club Illico
Patrick Huard dans Les honorables

L’humoriste nous a souvent montré l’immensité de son talent dramatique au cinéma. À la télé, nous l’avons vu notamment dans Réseaux, Music Hall et Au nom de la loi, mais tous se souviennent quand Rogatien et son franc-parler sont débarqués sur nos ondes dans Taxi 0-22, intéressant même les Américains. Il effectue un retour à la télé en janvier sur le Club illico avec Les honorables où il évoluera dans un thriller judiciaire.

MAXIM MARTIN

Maxim Martin dans <i>Max et Livia</i>
Photo courtoisie, Vrak
Maxim Martin dans Max et Livia

C’est aux côtés de sa fille que Maxim occupe la vedette de la populaire série Max et Livia à Vrak. Père et fille sont d’ailleurs en nomination pour un Olivier pour cette série qui illustre avec finesse les relations père-fille.

FRANÇOIS MORENCY

François Morency dans <i>Discussions avec mes parents</i>
Photo courtoisie, Radio-Canada
François Morency dans Discussions avec mes parents

À la barre d’un talk-show de fin de soirée au début des années 2000, Merci, bonsoir, François vient de terminer sa première saison de la comédie Discussions avec mes parents à Radio-Canada

MARTIN PETIT

Martin Petit dans <i>Les pêcheurs</i>
Photo courtoisie, Karine Dufour
Martin Petit dans Les pêcheurs

Dans Un gars, une fille, Martin était le meilleur ami de Guy. Pendant cinq saisons, Martin nous a ouvert les portes de son chalet grâce à la comédie Les pêcheurs. À chaque épisode, il reçoit dans son « havre de paix » des amis humoristes où se déroulent des tranches de vie parfois désopilantes et parfois tendres. L’émission, inspirée d’un de ses sketches à succès, est actuellement en nomination aux Olivier.

MARTIN MATTE

Martin Matte dans <i>Les beaux malaises</i>
Photo courtoisie, TVA
Martin Matte dans Les beaux malaises

Chroniqueur au Club La brèche du Grand blond avec un show sournois, Martin a pu engraisser son personnage de gars fendant en incarnant Bruno Gagnon, un « pense bon » de la compagnie qui abritait sans doute la machine à café la plus populaire dans Caméra Café. Il est revenu en force avec son personnage éponyme dans Les beaux malaises, l’un des grands succès télévisuels des dernières années.

LAURENT PAQUIN

Laurent Paquin dans <i>Histoires de filles</i>
Photo courtoisie, TVA
Laurent Paquin dans Histoires de filles

Laurent ne se laisse pas coller d’étiquette. Il a été animateur (Une émission couleur de Radio-Canada), s’est montré polyvalent dans des comédies musicales (Chicago et Demain matin Montréal m’attend) et a joué la comédie au petit écran dans Caméra Café et Histoires de filles où il était probablement le personnage le plus calme.

JEAN-MICHEL ANCTIL

Jean-Michel Anctil dans <i>Mes petits malheurs</i>
Photo courtoisie, Radio-Canada
Jean-Michel Anctil dans Mes petits malheurs

Normal qu’un humoriste se retrouve dans des rôles comiques. Jean-Michel a eu une panoplie de personnages colorés, pensons au Cœur a ses raisons ou à 450 chemin du Golf où il donnait la réplique à François Massicotte. Dans Tranches de vie, il incarnait un père de famille plus posé. Avec 30 vies, nous avons pu découvrir ses véritables talents d’acteur dramatique. Dans Mes petits malheurs, il arbore la moustache des années 80 en père sensible qui veut le bonheur de sa famille. La série est toujours disponible sur Tou.tv.

CLAIRE JACQUES

Claire Jacques dans <i>Unité 9</i>
Photo courtoisie, Véronique Boncompagni
Claire Jacques dans Unité 9

Diplômée de la toute première cohorte de l’École de l’humour en 1988, Claire est une artiste à découvrir. Elle incarne actuellement Solange « Brownies » Chrétien, la détenue à l’hygiène douteuse d’Unité 9.

MARIO JEAN

Mario Jean dans <i>Léo</i>
Photo courtoisie, Club Illico
Mario Jean dans Léo

Alors qu’il préparait son premier one man show, Mario s’est retrouvé dans la distribution des séries dramatiques historiques Au nom du père et du fils et L’ombre de l’épervier. En 2004, il a été la vedette de La vie rêvée de Mario Jean. Actuellement, il est le Pit Caribou des Pays d’en haut et le collègue de travail de Léo (Fabien Cloutier) à l’usine de petits gâteaux.

La nouvelle génération

L’humour semble moins cloisonné quand on observe le parcours des humoristes qui se démarquent depuis trois ans. Contrairement à une époque pas si lointaine, la télévision devient généralement une rampe de lancement avant même d’avoir écrit un premier spectacle. Ce sont des humoristes hybrides capables d’animer, de jouer et de bâtir leur propre personnalité scénique.

Adib Alkhalidey, Katherine Levac et Philippe-Audrey Larrue-Saint-Jacques figurent parmi la distribution délirante de Like-moi ! à Télé-Québec. Mehdi Bousaidan s’est fait connaître grâce à la série Med à Vrak. Rosalie Vaillancourt a été happée par la télé dès sa sortie de l’école de l’humour. Elle est la grande sœur de Clovis, personnage central de Conseils de famille à Télé-Québec. Virginie Fortin est formidable dans Trop à Radio-Canada, alors qu’elle incarne une jeune femme bipolaire au regard souvent ultra-lucide vivant chez sa sœur. Et que dire de Jay Du Temple qui navigue entre l’animation d’une émission culturelle urbaine, celle d’un show de téléréalité populaire et le jeu (Like-moi ! et la websérie Le killing qui débarque en janvier).