/weekend
Navigation

Le leg de Michel Robidas

Le leg de Michel Robidas
Photo courtoisie, Annie Garofano

Coup d'oeil sur cet article

Michel Robidas a marqué l’imaginaire collectif avec ses costumes. Parmi les plus célèbres, la « robe théâtre » de Diane Dufresne, les nombreuses extravagances vestimentaires de Julie Snyder et les tenues de Céline Dion marquants sa nouvelle image avec l’album Incognito. Pour les prochains mois, le Centre d’art Diane-Dufresne sera l’écrin de l’exposition rétrospective de Michel Robidas, Processus : passé, présent, à venir.

« Je présente tout dans une pièce, un peu comme le film d’une vie. C’est en quelque sorte une synthèse de tout ce que j’ai fait », explique Michel Robidas.

Le circuit débute avec ses premières illustrations alors qu’il étudie à l’École des Métiers commerciaux de Montréal et se termine avec les propositions de costumes de France Castel pour la pièce Tanguy présentée ces jours-ci. Entre les deux, l’univers créatif du prolifique designer et costumier se trace avec 33 costumes, mais aussi des photographies et plus de 300 croquis. En 45 ans de carrière, il a œuvré sur la scène musicale, le théâtre, la télévision et le cinéma. « D’un projet à l’autre, je fais évoluer mes découvertes et mes envies. J’ai créé la robe Tour Eiffel pour Julie Snyder lors de son passage à la télévision française. Alors que les baleines structurent le vêtement de façon invisibles, elles sont devenues pour moi une décoration. J’ai repris cette approche à différentes occasions », confie Michel.

Croquis de la robe Tour Eiffel pour Julie Snyder
Photo courtoisie, Annie Garofano
Croquis de la robe Tour Eiffel pour Julie Snyder

Le premier coup d’oeil en pénétrant la salle est impressionnant. Trônant dans les airs, une énorme robe orange du spectacle Delirium... car Michel a aussi travaillé pour le Cirque du Soleil. Alors que certaines créations sont présentées sur des mannequins au sol, d’autres sont suspendues à des fils de fer. Les visiteurs qui circulent dans la salle donnent presque vie aux vêtements qui tournent et bougent doucement.

Robe orange du spectacle <i>Delirium</i> pour le Cirque du Soleil.
Photo courtoisie, Annie Garofano
Robe orange du spectacle Delirium pour le Cirque du Soleil.

« L’aspect le plus déchirant de monter cette rétrospective fut de sélectionner les pièces qui seraient exposées. J’aurais pu faire une exposition deux fois plus grande, mais je devais faire un choix. En regardant le résultat final, je peux affirmer que le panorama est juste », lance-t-il.

Selon plusieurs, la « robe théâtre » de Diane Dufresne est le costume marquant de sa carrière, mais pour le créateur c’est la « robe symphonique » qui surpasse tous les autres. « Depuis mes débuts avec Diane pour Follement vôtre, cette robe est la plus impressionnante. Ce n’était pas juste un costume, ça dépassait tout ce que j’avais fait auparavant... la robe était aussi le décor ! », explique-t-il du costume en velours noir recouvert d’instruments de musique, pesant près de 60 kilos.

Costume de <i>La Reine morte</i>, 
Dona Ines Castro
Photo courtoisie, Annie Garofano
Costume de La Reine morte, Dona Ines Castro
Le leg de Michel Robidas
Photo courtoisie, Annie Garofano

 

Pour son exposition, Michel a conçu des créations exclusives, dont ce manteau baptisé Le Cid. Il est composé de différents perfectos qu’il a acheté au poids. Il a déconstruit les blousons pour ensuite les rassembler en un long manteau aux détails asymétriques. Patiné pour un effet uniforme, il a été décoré de multiples fermetures à glissière et des ceintures non-fonctionnelles.

Vinyle peint, création exclusive pour l’exposition
Photo courtoisie, Annie Garofano
Vinyle peint, création exclusive pour l’exposition
À gauche, deux prêts de Dominique Michel et deux costumes de Birgitte Marchand pour le spectacle <i>From Metal to Crystal</i>, 2013
Photo courtoisie, Annie Garofano
À gauche, deux prêts de Dominique Michel et deux costumes de Birgitte Marchand pour le spectacle From Metal to Crystal, 2013

Outre Diane Dufresne et Julie Snyder, de nombreuses célébrités qu’il a habillé ont généreusement prêté leurs tenues. On retrouve entre autre le tailleur que Dominique Michel a porté pour la remise du prix Chevalier de l’ordre national du Québec en 2002 ou la tenue florale rouge qu’elle a enfilé pour l’animation d’un Gala Juste pour rire. On retrouve aussi des costumes de scène de Ginette Reno, Joe Bocan et Brigitte Marchand.

Costume Michèle Richard
Photo courtoisie, Annie Garofano
Costume Michèle Richard

« Michel Robidas a une élégance intérieure qui le différencie de tous les autres designers. Lorsqu’il accepte un projet il pose une série de questions afin de bien saisir ce que l’on veut. Nous collaborons ensemble depuis plus de 40 ans. Il a travaillé avec les plus grandes stars du Québec car il a le talent, mais aussi parce qu’il a une pureté et une honnêteté qui nous met en confiance », affirme Michèle Richard, qui a pour l’occasion prêté deux costumes de son spectacle présenté au Casino de Montréal en 2006.

Robe du film Stardom
Photo courtoisie, Annie Garofano
Robe du film Stardom

Alors qu’il a travaillé une grande variété de matériaux, l’un des points en commun de toutes ses créations demeurent les attaches.

Le leg de Michel Robidas
Photo courtoisie, Annie Garofano

« J’ai toujours porté une attention particulière à la façon de fermer un vêtement ou de retenir les éléments. J’ai un faible pour la quincaillerie : mousquetons, crochets, sangles, anneaux, etc. Ils sont solides et je trouve que c’est beau », partage-t-il.

Le leg de Michel Robidas
Photo courtoisie, Annie Garofano

C’est à la réception des costumes de Céline Dion, portés à la sortie de l’album Incognito, que Michel Robidas a ressenti la plus grande émotion. « L’équipe de Céline conserve dans un entrepôt de Laval tous ses costumes. Les robes qu’ils ont acceptées de prêter ont été livrées dans des grandes boîtes, comme il est coutume dans les musées. J’ai été émue d’apprendre tout le respect qu’ils ont pour son patrimoine », raconte le couturier.

Le leg de Michel Robidas
Photo courtoisie, Annie Garofano

C’est ce kimono, imaginé pour le spectacle Top Secret de Diane Dufresne, qui a causé le plus de soucis au costumier.

Diane Dufresne et Michel Robidas
Photo courtoisie, Annie Garofano
Diane Dufresne et Michel Robidas

« À 48 heures du spectacle, la personne qui était responsable de créer la pièce n’avait pas respecté les directives. Le costume était ruiné. Violaine Morin et moi avons planché en urgence et la nuit menant à la première, j’ai peint les flammes et le dragon qui ornent le dos du kimono. Je l’ai terminé juste à temps », se commémore Michel.

« J’ai créé des costumes très extravagants pour Diane, mais aussi des pièces plus couture, dont ce tailleur pour l’émission Follement vôtre en 1986 », précise Michel Robidas.
Photo courtoisie, Annie Garofano
« J’ai créé des costumes très extravagants pour Diane, mais aussi des pièces plus couture, dont ce tailleur pour l’émission Follement vôtre en 1986 », précise Michel Robidas.

► Processus : passé, présent, à venir au Centre d’art Diane-Dufresne jusqu’au 17 février 2019.