/news/provincial
Navigation

Budget 2019 de la Ville de Québec: retour aux hausses de taxes et investissements massifs dans le transport en commun

Le budget 2019 prévoit aussi des sommes records pour le transport collectif

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le nouveau directeur général de la Ville, Luc Monty (à gauche sur la photo), et le maire de Québec, Régis Labeaume, estiment que la nouvelle politique qui change la méthode de calcul des hausses de taxes offre une certitude et une sécurité pour les résidents et les entreprises. 

Coup d'oeil sur cet article

Après deux ans de gel, la plupart des résidents de Québec subiront une hausse moyenne de leur facture de taxes de 1,2 % en 2019, alors que la Ville injectera des sommes records dans le transport collectif.

« C’est la résultante du respect du cadre financier qu’on s’est donné et ça nous donne d’année en année encore plus d’espace pour investir », a commenté le maire de Québec, Régis Labeaume.

Le budget 2019 utilise une nouvelle méthode de calcul pour déterminer l’augmentation des taxes. Au lieu de se baser sur des prévisions, elle fixe la hausse en fonction de l’inflation de l’année précédente.

Fini les surprises

C’en est donc fini des surprises lors du dévoilement du budget. « C’est quasiment plate », a laissé tomber le maire, qui vante cependant la prévisibilité de la méthode, en particulier pour les commerçants. Il met cependant fin à l’espoir d’un gel pour ces derniers.

Entre septembre 2017 et août 2018, l’inflation a été de 1,4 %. Mais en tenant compte des dettes des anciennes villes, la hausse moyenne se chiffre à 1,2 % pour le résidentiel et le commercial en 2019.

Certains quartiers verront leur facture augmenter, et d’autres, diminuer. Les grands perdants sont à Vanier avec une hausse de 2 %.

Les citoyens de Val-Bélair reçoivent quant à eux un cadeau de Noël à l’avance, avec une baisse de 1,7 %.

La Ville permettra dès 2019 le paiement de la facture de taxes en quatre versements pour tous les propriétaires, soit les 4 mars, 3 mai, 3 juillet et 3 septembre, une mesure qui coûte 2,3 millions $.

Investissements records

La Ville investira 1,9 milliard $, une somme record depuis 10 ans. La part du lion va au transport collectif. Une somme colossale de 496,8 millions $ est répartie entre le Réseau de transport de la Capitale, pour son maintien et son développement (281,8 M$), et le projet de tramway-trambus.

La Ville y injecte 215 millions $ provenant du gouvernement du Québec qui serviront aux plans et devis, a indiqué le vice-président du comité exécutif, Rémy Normand.

Parmi les autres projets, notons le centre de biométhanisation (105 M$), la réhabilitation des chaussées et le réaménagement de la route de l’Église (83,2 M$), la construction du Centre de glaces et le réaménagement de la Base de plein air de Sainte-Foy (82,4 M$).

Dette en baisse

La dette continue sa lente décroissance. À 1,549 milliard $, elle est en baisse de 77,9 millions $.

« On est dans la moyenne... La Ville de Québec n’est pas plus endettée que les autres villes. Notre plan fonctionne, et on s’en va directement vers le quartile inférieur. La Ville de Québec sera moins endettée que la moyenne des grandes villes du Québec et ça, c’est très important », s’est réjoui M. Labeaume.

FAITS SAILLANTS

  • Le budget global de la Ville est de 1,5 milliard $, en hausse de 2,8 % par rapport à 2018.
  • 1,2 % de hausse de taxes en moyenne au résidentiel et au commercial.
  • La dette nette est de 1,549 milliard $, en baisse de 1,8 % par rapport au budget 2018.
  • Les taxes résidentielles et commerciales vont augmenter de 1,2 % en moyenne.
  • Rémunération globale de 574,9 millions $, soit 38,3 % des dépenses totales.
  • L’effectif total de la Ville est de 5017 personnes-année, soit un niveau constant depuis cinq ans.
  • 1,9 milliard $ pour le Programme triennal d’immobilisations (PTI) 2019-2021, soit le PTI le plus élevé en 10 ans.
  • Les revenus de la Ville viennent à 79 % des taxes et des compensations tenant lieu de taxes.

Ce qu’ils ont dit :

« Depuis dix ans, les gens d’affaires de la ville de Québec sont étouffés par les taxes municipales de l’administration Labeaume. Et une augmentation selon l’inflation, ça reste une augmentation. » —Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, préconisant un gel des taxes commerciales

« Globalement, je crois que le budget est très raisonnable. Concernant le PTI (Programme triennal d’immobilisations), la centrale de police est reportée. Le maire s’est dégagé une marge de manœuvre de cette façon-là. » —Jean Rousseau, conseiller de Démocratie Québec

Hausse ou baisse de taxes résidentielles

(selon l’évaluation moyenne de 283 000 $)

Facture annuelle de taxes en 2019
Beauport 2837 $ (+ 39 $) + 1,4 %
Charlesbourg 2837 $ (+ 46 $) + 1,6 %
Cap-Rouge 2848 $ (- 27 $) - 0,9 %
Lac-Saint-Charles 2844 $ (+ 47 $) + 1,7 %
Loretteville 2912 $ (- 22 $) - 0,7 %
Québec 2977 $ (+ 41 $) + 1,4 %
Sillery 2837 $ (+ 42 $) + 1,5 %
Saint-Émile 2848 $ (+ 47 $) + 1,7 %
Sainte-Foy 2840 $ (+ 46 $) + 1,6 %
Val-Bélair 3003 $ (- 51 $) - 1,7 %
Vanier 2837 $ (+ 56 $) + 2 %
Moyenne : 2893 $ (+ 34 $) + 1,2 %
  • Note : Ces données tiennent compte de la diminution des contributions pour le paiement des dettes des anciennes villes et du processus d’harmonisation du fardeau fiscal.
  • Source : Budget 2019 de fonctionnement et d’investissement de la Ville de Québec