/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ferme ta gueule

Sylvain Dancause
Mon nom est Sylvain Dancause et je suis enseignant au secondaire. Non merci à une restriction du droit de parole des personnels scolaires concernant leur réalité.

Coup d'oeil sur cet article

Vous connaissez les trois singes de la sagesse ? Chacun se couvre une partie de la tête avec les mains : le premier les yeux, le second la bouche et le dernier les oreilles. Il existe plusieurs interprétations possibles quant à la signification de ce symbole.

Je vais me limiter à une seule.

« Ne pas vouloir voir ce qui pourrait poser problème, ne rien vouloir dire de ce qu’on sait pour ne pas prendre de risque et ne pas vouloir entendre pour pouvoir faire comme si on ne savait pas. »

Le 25 octobre dernier, j’ai lu l’excellente chronique intitulée Le jour où Kathya Dufault a craqué. Fait intéressant, cet article nous permettait de voir que le décrochage pouvait aussi atteindre les enseignants plus expérimentés.

Kathya Dufault a « raconté son histoire et ses désillusions à visage découvert, en acceptant que son nom et sa photo soient publiés. »

Parmi les intervenants discrets voulant améliorer le système, sa prise de parole publique a été saluée. Plusieurs ressentaient qu’elle avait parlé en leur nom. 

Mais pas sa commission scolaire.

Dans un texte percutant, Patrick Lagacé nous apprenait hier que Kathya Dufault fait maintenant face à une procédure de congédiement de la part de son employeur.

Le message de la commission scolaire est limpide : sois un singe de la sagesse.

Loi du silence

J'ai commencé à sentir le besoin d'intervenir publiquement pour mon École à la dérive en janvier 2015. Suite à quelques lettres d'opinion publiées dans La Presse et Le Devoir, j'ai décidé de créer mon blogue personnel. Puis, en octobre 2016, on m'a proposé d'écrire sur le Blogue des profs du Journal.

J'ai dit oui. Sans aucune hésitation. Garder mon opinion pour la salle des profs ? Non merci !

Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi mes collègues avaient peur de parler à visage découvert. J'écris depuis 2015 sans vraiment me poser la question : devrais-je aborder ou non un sujet en éducation ?

Je sais pertinemment que la crainte est bien réelle dans notre milieu. Et ce, peu importe le corps de métier. En lisant le texte de Lagacé, j'ai enfin compris pourquoi un si grand nombre d'individus ont peur : il y a souvent un imbécile qui a le pouvoir de vie et de mort sur les autres.

Petite parenthèse ici afin d’éviter un délire suite à l’utilisation d’un gros mot.

Je me contenterai de citer l’ouvrage de Savater intitulé Éthique à l’usage de mon fils : « Sais-tu quelle est la seule obligation que nous ayons dans cette vie ? Celle de ne pas être des imbéciles. Le mot imbécile a plus de substance qu’il n’y paraît, ne t’y fie pas. Il vient du latin baculus, qui signifie « canne » : l’imbécile est celui qui a besoin d’une canne pour marcher. Si l’imbécile boite, ce n’est pas des pieds, mais de l’âme : c’est son esprit qui est amoindri et bancal. »

Je vous entends déjà me demander : « Qui sont les imbéciles de notre système d’éducation ? Qui doit subir leur présence ? »

Le parent grossier ou agressif qui valorise à outrance le JE ? L’enseignant qui sous-exploite le potentiel de ses élèves ? Le directeur qui ne se conduit pas en véritable leader pédagogique ? Le cadre qui sombre dans la dissonance cognitive pour ne pas se faire briser par le système ? La commission scolaire qui ne défend pas ses budgets lorsque la vague d’austérité frappe ?

Qui a peur de qui ?

J’imagine que votre perception de l’infirme de l’âme au pouvoir varie selon votre position.

Dans la pyramide hiérarchique, vous trouverez toujours quelqu’un qui a peur de parler, et ce, pour d’excellentes raisons. Par contre, les conséquences peuvent être désastreuses.

L’élève intimidé par un collègue de classe, il devrait fermer sa gueule ? Ceux qui assistent à ce spectacle horrible, ils devraient se conduire comme l’un des singes de la sagesse ?

Alors, la gang, on fait quoi ?

Le monde idéal

Selon le rapport d’un comité d’experts (2014), « dans tous les cas, une bonne synergie entre le personnel enseignant et la direction d’établissement contribue à la réussite des élèves en créant dans l’école un climat propice à la persévérance scolaire. »

Les résultats des élèves s’améliorent aussi « lorsque la direction générale donne aux directions d’école des buts à atteindre, mais leur laisse le pouvoir de décider des moyens à mettre en place tout en leur fournissant les ressources nécessaires. »

J’inviterais donc les divers protagonistes à s’entendre sur des sujets primordiaux et à unir leurs forces. Le Québec deviendrait ainsi une référence; un modèle à suivre quant à la lutte au décrochage et à la valorisation de l’éducation.

Quelle est la priorité de tous les intervenants dans une école ?

La réussite des élèves. Peu importe la définition du mot réussite.

Le jour où le patronat, le syndicat et tous les personnels scolaires travailleront ensemble à la réussite du plus grand nombre, il y aura enfin une lueur d’espoir.

Pour le bien de nos enfants, de tous les intervenants, de l’école et de notre société, il n’y a qu’une seule conviction possible : l’éducation.

Réfléchir, écouter, dénoncer, suggérer, discuter et valoriser s’avèrent des actions porteuses.

La loi du silence ?

Jamais.

_____________________________________________________________

Une pétition dans le but de lever toute restriction du droit de parole des personnels scolaires concernant leur réalité est présentement en ligne. Voici le lien : PÉTITION

Le collectif Debout pour l'école ! propose également de signer sa pétition depuis quelques semaines. Elle contient sept mesures dont l'une est spécifiquement liée à la prise de parole publique. Voici le lien : PÉTITION