/news/politics
Navigation

Prévention du cannabis: le ministre Carmant se rétracte sur son tweet à 25 millions

caucus CAQ
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre délégué à la Santé Lionel Carmant s’est rétracté mardi après avoir promis sur Twitter qu’il injecterait 25 millions $ supplémentaires pour la prévention du cannabis.

«Dans un échange sur les réseaux sociaux, la semaine dernière, je me suis avancé trop rapidement sur les montants impliqués», a-t-il expliqué par courriel au Journal

M. Carmant a affirmé sur le réseau social: «Nous allons injecter plus de 25 M$ dans la prévention, l’éducation et l’intervention chez les jeunes de 6-21 ans.» 

David-Martin Millot, médecin spécialiste en santé publique à la direction de santé publique de la Montérégie lui a fait remarquer que la loi sur l’encadrement du cannabis prévoyait déjà cet argent. Ce à quoi le médecin caquiste a répliqué qu’il s’agissait d’un investissement «en plus». 

«C’est un dur retour à la réalité pour M. Carmant, il se rend compte qu’on ne peut pas improviser des dépenses de 25 millions $ par Tweet», a réagi le porte-parole de l’opposition officielle en matière de Santé André Fortin. 

L’attachée du ministre, Maude Faniel-Méthot, avait pourtant confirmé la nouvelle au Journal lundi, précisant que le montant serait versé au cours du mandat, avant d’ajouter que la promesse n’était «pas ficelée à 100 %». 

«C’est encore plus troublant [...] on se rend compte que c’était 0% attaché», déplore M. Fortin. 

 Aucune demande

En matinée, le Conseil du trésor avait d’ailleurs confirmé que le ministre Carmant n’avait fait aucune demande pour des sommes additionnelles en prévention. 

Le gouvernement est déjà tenu par la loi de réinvestir une grande partie des profits de la Société québécoise de cannabis (SQDC) dans le Fonds de prévention et de recherche en matière de cannabis créé en juin dernier. 

Pour les cinq premières années, la loi garantit un montant de 25 millions par année, et ce, même pour l’année 2018-2019. 

«Je tiens toutefois à préciser que des discussions continuent de se tenir au sein du ministère de la Santé sur l’efficacité des campagnes en cours. Si nécessaire, nous bonifierons nos actions», a souligné le ministre Carmant. 

Or comme le rapportait le Journal mardi, avant d’analyser si une bonification est nécessaire, le gouvernement doit déjà dépenser le 25 millions $ pour l’année fiscale qui se termine le 31 mars prochain. 

Le Ministère nous a effectivement affirmé lundi que l’information concernant les activités financées par ce Fonds n’était pas encore disponible. Et en réponse à notre demande d’accès reçue le 6 novembre, le ministère répondait qu’aucun financement n’avait encore été accordé et aucune demande d’organisme n’avait été reçue. 

L’attaché du président du Conseil du trésor, Myrian Marotte, assure toutefois que l’argent qui n’est pas dépensé au 31 mars ne sera pas perdu et restera dans le Fonds de prévention et de recherche en matière de cannabis.