/sports/football
Navigation

Mathieu Hudon poursuivra sa carrière avec le Rouge et Or de l’Université Laval

Coup d'oeil sur cet article

 L’ailier espacé des Élans de Garneau a fait connaître sa décision, hier. «J’ai aimé ma visite à Laval la semaine dernière, a raconté Hudon. J’ai aimé l’ambiance et le groupe. De plus, les programmes de génie mécanique et de santé (physiothérapie ou kinésiologie) sont offerts, ce qui est un gros facteur.» 

 «Je suis conscient qu’il y a de gros receveurs en place, mais je suis prêt à compétitionner, d’ajouter Hudon. Avec ma blessure, je suis encore plus motivé. Je serai capable de faire ma place au fil des ans. À mon avis, c’est le meilleur programme au pays et je serai capable de me développer.» 

 Hudon a aussi visité les Ravens de Carleton et les Redmen de McGill et le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke lui avait aussi témoigné de l’intérêt. «Au final, mon choix s’est fait entre Laval et Carleton, a-t-il indiqué. À McGill, cela aurait été difficile d’être admis. Quant à Sherbrooke, j’ai décliné leur offre de visite parce que mon choix était fait. Par respect, je ne voulais pas leur faire perdre leur temps.» 

 Victime d’une fracture à l’humérus droit face aux Spartiates du Vieux Montréal lors de la cinquième semaine du calendrier. Hudon prend du mieux. «Je n’ai pas eu besoin d’opération, ce qui a facilité la guérison, a-t-il souligné. J’ai porté une attelle pendant deux mois et je viens de reprendre l’entraînement du haut du corps. Je n’ai pas de douleur et je me retrouve l’amplitude de mon épaule. Je n’aurais pas de séquelles et je serai en pleine forme au camp d’entraînement.» 

 «J’ai vécu une grosse déception quand je me suis blessé, d’ajouter l’auteur de 15 réceptions pour 359 verges et trois touchés en cinq parties. Ce fut un gros deuil dans les premières semaines. J’aurais voulu participer au succès de l’équipe surtout qu’on s’est rendu au Bol d’Or et mon absence fait encore mal. Après quelques semaines, je me suis retrouvé sur la galerie de presse avec Patrick Boies (coordonnateur offensif). J’ai pu voir les parties sous un autre œil et cette expérience va m’aider dans ma progression. Ce ne fut pas une saison perdue.»