/opinion/columnists
Navigation

Pendant le dodo

Coup d'oeil sur cet article

Si vous avez envoyé un texto dans lequel vous expliquez que vous avez cueilli des tomates de fil barbelé jaune sans que l’éléphant soit penché sur le pont, ce n’est pas nécessairement parce que vous en avez fumé du bon. C’est peut-être parce que vous avez texté en pleine nuit, en plein sommeil, et le phénomène devient de plus en plus fréquent. Entrée rapidement et profondément dans les mœurs, l’utilisation des messages textes suit le reste, et les somnambules, beaucoup plus nombreux qu’on le croit, n’y échappent pas.

Je l’étais quand j’étais petit. Oui, j’étais de ceux qui, à trois heures du matin, pouvaient aller faire pipi dans les chaudrons et aller me recoucher sur le tapis dans le portique. Le lendemain matin, tu ne te souviens de rien. Mes parents capotaient, craignant qu’une bonne fois je sorte de la maison.

Plus qu’on le croit

Des chercheurs de l’Université Villanova en Pennsylvanie ont soumis près de 400 étudiants à une étude et ils ont réalisé que 25 % d’entre eux envoyaient inconsciemment des messages pendant leur sommeil. La plupart ne se souviennent de rien et les textos n’ont ni queue ni tête, totalement loufoques.

Si ça vous est arrivé, c’est que vous êtes dans la catégorie des technonévrosés et qu’il faut vous éloigner de votre appareil pendant le dodo.

Les jeunes surtout n’hésitent pas à se texter la nuit, et, pour le « texté » qui dort, la simple vibration ou la clochette sont des déclencheurs chez les somnambules.

Une occasion unique de vider son sac et arguer qu’on ne se souvient de rien.

Gard’ don’ ça !

  • « Saint-Élie peut remplacer son conteur ? C’est quoi le truc ? » (Marc Bergevin)
  • Pour être à « l’abri », faut augmenter le « tempo ».
  • Loto-Québec débarque dans les pouponnières. Grattez trois bébés et obtenez un rot gratuit.
  • Pour ne pas engraisser durant la période des Fêtes, dites-vous que ce qui est sur la table pourrait se retrouver sur la chaise.
  • Le Québec est le plus long congélateur sans fil au monde.

À demain

Pardon... à la nuit prochaine.