/opinion/columnists
Navigation

Crise diplomatique: l’erreur de la Chine

Coup d'oeil sur cet article

Enfin, le Canada se tient debout ! Justin Trudeau a déclaré que la détention en Chine de deux Canadiens pour une supposée atteinte à la sécurité d’État était inacceptable.

Hier, Chrystia Freeland, la ministre des Affaires étrangères du Canada, a rencontré le Secrétaire d’État des États-Unis. Ce dernier a demandé que les deux Canadiens soient libérés. Pendant ce temps, le monde entier comprend que la Chine a décidé de transformer les deux Canadiens en otages. Deux otages qu’elle compte échanger contre la libération de la vice-présidente de la compagnie Huawei, arrêtée il y a quelques jours à Vancouver. Ni le Canada ni la Chine n’ont avantage à ce que cette crise se prolonge bien longtemps. Trop d’intérêts commerciaux sont en jeu. 

Pourquoi le gouvernement chinois agit-il si durement ?

La Chine a commis une grave erreur diplomatique en demandant aux élus canadiens d’intervenir dans le processus judiciaire en faveur de la vice-présidente de Huawei. Cette intervention est impossible dans une démocratie. Les dirigeants chinois le savent bien. L’arrestation subséquente de deux Canadiens en Chine n’est pas fortuite. Pourquoi le gouvernement chinois pose-t-il des gestes qui sont aussi dommageables pour la réputation internationale de la Chine ? L’hypothèse la plus plausible est que ces actions sont destinées à calmer l’opinion publique chinoise. C’est que le président Xi Jinping est très contesté à l’intérieur du Parti communiste chinois, entre autres pour sa gestion de l’économie. Il doit donc donner l’impression qu’il soutient Huawei.

Quels sont les enjeux derrière ces arrestations ?

Les véritables enjeux derrière cette histoire sont de nature commerciale. C’est que la compagnie Huawei est très en avance sur ses compétiteurs, en particulier américains, dans la mise en place d’un réseau internet dit de 5e génération. Avec les nouvelles technologies de la 5e génération, les données pourront circuler jusqu’à 100 fois plus rapidement qu’avec la génération précédente. Cela pourrait, par exemple, permettre à tout un chacun de posséder des téléphones avec des hologrammes, meilleurs que ceux vus dans les films de la Guerre des étoiles. Le pays qui parviendra à déployer le premier son réseau de 5e génération sera celui qui imposera ses normes et qui dominera le web mondial. 

Comment la Chine a-t-elle développé ces technologies ?

Le gouvernement chinois a investi massivement dans des centres de recherches ultramodernes. Il y a attiré de brillants chercheurs du monde entier, en particulier des chercheurs d’origine chinoise, en leur construisant des ponts d’or. Le gouvernement chinois dispose par ailleurs d’excellents services d’espionnage qui ont volé des résultats de recherche des meilleurs laboratoires. Les Chinois achètent aussi des entreprises étrangères de haute technologie et ils en profitent ensuite pour transférer en Chine leurs technologies. Enfin, la Chine a protégé son territoire des grandes compagnies informatiques étrangères en leur interdisant l’accès à son marché.   

Quelle est la stratégie commerciale chinoise ?

Le gouvernement chinois compte implanter son réseau internet à travers les nouvelles routes de la soie. Ces routes traversent 70 pays. Le réseau chinois de Huawei est bon marché et ses équipements ne sont pas nécessairement compatibles avec ceux des compagnies rivales. 

Que doit faire le Canada ?

Le Canada a intérêt à demeurer dans le camp américain. C’est ce qu’ont compris l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et la Grande-Bretagne qui rejettent tous les technologies de 5e génération de Huawei. Les manœuvres de Pékin contre le Canada montrent bien le danger de succomber aux sirènes chinoises.