/entertainment
Navigation

La sagesse de la nature

Beautiful brunette girl in winter warm clothing. Model on winter jacket against frozen lake at park.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Lorsque l’on s’y attarde, que l’on prend le temps de s’arrêter et d’observer, on s’aperçoit que la nature est remplie de sagesse. La Lune ne demande pas la permission au Soleil pour se lever. Les bébés canards qui suivent leur mère dans l’étang dès leur premier jour ne se demandent pas s’ils savent nager. Les oies blanches, qui viennent se gaver au bord du fleuve Saint-Laurent deux fois l’an et s’offrent une pause entre deux hémisphères (nord et sud), reviennent année après année, retrouvant toujours leur chemin... sans GPS ! La graine de plantain ne se demande pas si elle s’implante au bon endroit, elle accepte même de se faire piétiner au centre d’un chemin d’érablière ! Un pissenlit sait comment pousser dans les fissures du trottoir des villes, nous signalant bien subtilement que la nature est là, que ce soit sous nos pieds, dans l’air que nous respirons ou à travers la pluie dont nous avons besoin pour nettoyer, hydrater, protéger...

Il existe une cohésion, une synergie, un lien profond entre chaque élément, être vivant, écosystème que l’homme ou la science n’a pas encore expliqué totalement. D’ailleurs avons-nous vraiment besoin d’expliquer tout et d’apposer une étiquette à chaque chose ?

Courte méditation pour renouer avec la nature

Extrait du livre<br/><b><i>Nature & Ayurveda</i></b><br/>Kristin St-Laurent<br/>Les Éditions de l’Homme
Photo courtoisie
Extrait du livre
Nature & Ayurveda
Kristin St-Laurent
Les Éditions de l’Homme

Avez-vous pris le temps d’observer la nature aujourd’hui ? Avez-vous pris le temps de respirer profondément en sortant de la maison ce matin ? Une de mes citations favorites du grand maître bouddhiste Thich Nhat Hanh nous encourage à ralentir et à observer la nature :

« Marchez comme si vous embrassiez la Terre avec vos pieds. »

Durant votre journée, trouvez un temps pour aller dehors et vous asseoir dans un endroit paisible et confortable.

Fermez les yeux et prenez trois respirations profondes. À l’expiration, imaginez que vous laissez aller ce qui ne vous sert plus.

Prêtez attention aux sons qui parviennent à vos oreilles et focalisez votre attention sur ceux qui proviennent de la nature. Que vous soyez dans un milieu urbain ou à la campagne, rebranchez-vous aux sons les plus naturels.

Maintenant, prêtez attention aux éléments de la nature qui touchent votre peau : la chaleur du soleil ou le vent qui souffle, par exemple. L’énergie de la nature est bel et bien présente.

Dirigez ensuite toute votre attention sur votre respiration. L’air entre par les narines, descend dans la trachée jusqu’aux poumons, puis reprend le même chemin en sens inverse. Lorsque vous réalisez que vos pensées vous ont amené ailleurs, ramenez doucement votre attention sur votre respiration, votre souffle de vie.

Poursuivez ainsi quelques minutes.

Terminez l’exercice en ayant à l’esprit une chose pour laquelle vous êtes reconnaissant dans votre vie. Pratiquer l’art de la gratitude aide à cultiver le bonheur et la joie de vivre au quotidien (je traiterai plus longuement de ce sujet au chapitre « Régénérer »).