/world/opinion/columnists
Navigation

Le petit sournois et le grand naïf

SINGAPORE-US-NKOREA-DIPLOMACY-SUMMIT
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

La fin d’année approche et, couplé à l’esprit de paix du temps des Fêtes, il est temps d’admettre qu’un des grands coups de 2018 aura été d’éviter une guerre nucléaire entre la Corée du Nord et les États-Unis. Ce n’est quand même pas rien !

Le sommet de Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un s’inscrit dans la lignée des face-à-face mémorables du 20e siècle : Nixon-Mao, Reagan-Gorbatchev, Menahem Begin-Anouar el-Sadate et quelques autres. Le sentiment, à voir les deux hommes pendant et après leur rencontre, était qu’une page du livre imaginaire des tragédies potentielles de l’humanité avait été tournée.

On pouvait souffler, ce conflit promettant de faucher la vie de centaines de milliers de personnes en quelques éclairs n’allait pas avoir lieu. Six mois plus tard, surtout parce que le président américain nous a fait traverser depuis bien d’autres tempêtes, on n’y pense presque plus.

Pourtant, il y a de quoi se demander si le fameux tête-à-tête du mois de juin ne finira pas par être davantage associé à la rencontre Chamberlain-Hitler en novembre 1938, lorsque le dictateur allemand a essentiellement conclu qu’il avait le feu vert pour ses folles visées d’expansion territoriale.

Éprouvante, la vie à la nord-coréenne

Le leader nord-coréen n’entretient pas de comparables projets de conquête. Il s’en tient à vouloir assurer la survie de son régime, survie qui passe à ses yeux par un contrôle étouffant du quotidien de ses concitoyens et par le maintien de son arsenal nucléaire et de missiles balistiques. On peut rêver en couleurs, mais il n’a rien cédé de sérieux sur ce plan au cours des six derniers mois.

Prenez la tyrannie imposée aux Nord-Coréens. Un plus grand nombre de journalistes et de visiteurs, toujours très surveillés, ont reçu la permission de visiter le royaume ermite. Ce qu’ils y croisent, essentiellement à Pyongyang, la capitale, c’est une population laborieuse, toujours en mouvement, systématiquement prête à louanger le « paradis » qu’est leur pays et l’homme suprêmement exceptionnel qu’est leur dirigeant.

Rien à voir avec la réalité ! Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU a demandé au début du mois plus de 100 millions de dollars d’aide afin d’assurer la survie de six à dix millions de Nord-Coréens en 2019. Pas tout à fait le signe d’un système qui sait prendre soin de son monde.

D’autre part, le département d’État du président Trump a dressé lundi dernier un portrait accablant de la vie sous Kim Jong-un : « Les violations des droits de la personne demeurent parmi les pires au monde et comprennent les exécutions extrajudiciaires, le travail forcé, le viol, les avortements forcés et d’autres violences sexuelles ». Méchant paradis !

« Little rocket man », toujours aussi arrogant

Quant à la menace que constituent Kim et les militaires qui l’entourent, elle ne s’est pas atténuée d’un iota. Le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique précise que « le développement du programme nucléaire de la Corée du Nord et les déclarations du régime à ce sujet suscitent de graves inquiétudes ».

Scott Snyder, chercheur au Council on Foreign Relations, relève que les agences d’espionnage et de renseignement en sont venues à la conclusion que « la Corée du Nord a poursuivi les travaux sur ses programmes nucléaire et de missiles en dépit des engagements de Kim à l’égard du développement économique ».

Trop tôt pour déduire que Donald Trump s’est fait avoir par Kim Jong-un ? Le président américain, inflexible, se donne du temps. « Nous ne sommes pas pressés », affirmait-il via Twitter vendredi. « Il y a un formidable potentiel de réussite économique dans ce pays et Kim Jong-un le sait mieux que quiconque. »

Pour contrecarrer le danger nucléaire nord-coréen, Trump parie sur le désir qu’aurait Kim d’améliorer le sort de ses compatriotes. À voir la vie là-bas et ce à quoi servent les ressources du pays, on se demande bien d’où le président américain peut tirer un espoir aussi naïf.

États-Unis – Coréee du Nord, chronologie de relations tumultueuses

27 juillet 1953 | Signature de l’armistice, mettant fin à la Guerre de Corée.

29 janvier 2002 | Dans son Discours sur l’état de l’Union, le président George W. Bush qualifie l’Iran, l’Irak et la Corée du Nord d’« Axe du Mal ».

4 juillet 2017 | 1er test nord-coréen d’un missile balistique intercontinental, le Hwasong-14, présenté par Kim Jong-un comme un « paquet de cadeaux » pour le Jour d’indépendance des États-Unis

9 août 2017 | Donald Trump promet que les « menaces de la Corée du Nord seront confrontées à un feu et une fureur comme le monde n’a jamais vu ».

3 septembre 2017 | La Corée du Nord annonce son test nucléaire le plus puissant, une bombe à hydrogène pouvant être placée, prétend-elle, sur un missile intercontinental.

19 septembre 2017 | À l’ONU, le président Trump dénonce « Rocket Man » et s’engage à « totalement détruire la Corée du Nord » s’il devait défendre les États-Unis ou leurs alliés.

1er janvier 2018 | Kim Jong-un déclare, dans son discours du Nouvel An, qu’il a un bouton nucléaire sur son bureau. Donald Trump lui répond que son bouton nucléaire à lui est plus gros et qu’« il fonctionne ».

7 mars 2018 | Kim Jong-un indique à un responsable sud-coréen en visite au nord qu’il est prêt à discuter du sort de son arsenal nucléaire avec les États-Unis.

9 mars 2018 | À la surprise de tous, Donald Trump accepte l’invitation à rencontrer Kim Jong-un.

12 juin 2018 | Sommet historique à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un.