/news/health
Navigation

Urgence psychiatrique fermée à Québec: plus de travail pour les intervenants à domicile

Urgence psychiatrique fermée à Québec: plus de travail pour les intervenants à domicile
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC - Depuis la fermeture il y a un mois de l’urgence psychiatrique de l’hôpital du Saint-Sacrement, à Québec, les équipes sur le terrain doivent s’occuper de plus en plus de patients pour répondre à la demande, et la charge de travail n’est pas près de diminuer.

À la mi-novembre, huit lits ont été retirés et, bientôt, ce sera l’ensemble de l’aile psychiatrique de l’Hôpital du Saint-Sacrement qui sera fermé. Il s’agit de 44 lits supprimés qui ne seront pas tous transférés dans d’autres hôpitaux. 

La décision de fermer l’unité s’inscrit dans le changement de cap emprunté par le CIUSSS de la Capitale-Nationale quant à son offre de services en santé mentale. Dorénavant, les ressources offertes directement dans la communauté sont bonifiées. 

Parmi ces services bonifiés, il y a l’équipe de traitement intensif bref à domicile (TIBD), une unité mobile de soins en santé mentale qui se déplace à domicile pour soigner les patients. 

L’unité, qui existe depuis près de 10 ans, sera une pierre angulaire dans ce virage dans les soins en santé mentale. Pour pallier la demande, qui sera de plus en plus importante, une deuxième équipe TIBD sera mise sur pied dans les prochaines semaines à Québec. 

Pour Marianne Genest, qui est médecin psychiatre à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec, les équipes TIBD «ne peuvent pas remplacer complètement l’hôpital psychiatrique». 

«Ça ne peut pas remplacer complètement l’hôpital psychiatrique. Je pense que c’est important qu’il reste des lits d’hospitalisation. Il y a des situations qu’on n’arrive pas à traiter à domicile», soutient-elle. 

Seules les urgences psychiatriques du Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL) et de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus vont dorénavant accueillir les patients qui nécessitent des soins d’urgence. 

Ces changements dans l’offre de service en matière de soins en santé mentale entrent en fonction dès maintenant et doivent avoir lieu jusqu’en 2021.