/entertainment/stage
Navigation

Kanata divise encore

Coup d'oeil sur cet article

Mise au monde à Paris samedi, la pièce de Robert Lepage, Kanata – Épisode 1 : La Controverse, continue de diviser. À l’accueil favorable des médias français s’oppose celui, beaucoup moins enthousiaste, des artistes autochtones qui ont fait le voyage pour assister à la première représentation à la Cartoucherie de Vincennes.

« Une très bonne pièce, mais qui ne règle en rien le débat de fond », tranche Guy Sioui-Durand.

Joint à Paris, l’artiste wendat croit que la pièce présentée par le Théâtre du Soleil, qui a été remaniée en réaction à la polémique d’appropriation culturelle qu’elle a suscitée auprès des Premières nations, aurait été bonifiée par la participation d’un coscénariste autochtone.

« Oui, je prêche pour ma paroisse, mais ça aurait certainement apaisé bien des affaires, en plus d’apporter de bonnes choses. »

Long et décousu

Le point de vue de M. Sioui-Durand­­­ est plus nuancé que ceux d’autres artistes autochtones invités par le collectif Décoloniser les arts à se rendre à Paris pour voir la pièce.

À la radio du 98,5, Kim O’Bomsawin a parlé d’une œuvre superficielle.

« J’ai trouvé ça long et décousu », a dit la réalisatrice abénakise, qui a observé que toute possibilité de controverse a été évacuée du récit.

« Ils ont fait l’effort d’enlever les éléments les plus sensibles, en particulier tout le chapitre sur les pensionnats autochtones qui faisait craindre le plus de réactions dans les communautés au Québec et au Canada. »

Prometteur, magistral, sombre

En revanche, la presse française a aimé. Bienveillante, la critique du quotidien Le Monde a parlé d’un spectacle « inabouti, mais prometteur. » Malgré des imperfections, la journaliste Joëlle Gayot estime que « tout est en place pour que la magie opère. »

De son côté, Le Figaro est aux anges. « Magistral et sombre », statue Armelle Héliot, qui aborde de front la polémique qui a incité des financiers à retirer leur soutien à la diffusion de Kanata au Québec.

« Kanata est une réponse, par l’art même, à ceux qui ont tenté d’interdire le travail de Robert Lepage avec le Théâtre du Soleil », écrit-elle.

À noter que les spectateurs qui ont assisté aux deux premières représentations, le week-end dernier, de Kanata – Épisode 1 : La Controverse n’ont pas eu à payer leur billet puisque la directrice du Théâtre du Soleil, Ariane Mnouchkine, estimait qu’il s’agissait de répétitions.