/news/transports
Navigation

Le pôle d’échange Saint-Roch en partie construit sous terre?

Il s’agit de l’une des options envisagées dans un appel d’offres de la Ville

Le pôle d’échange Saint-Roch en partie construit sous terre?
Photo DIDIER DEBUSSCHERE

Coup d'oeil sur cet article

Le futur pôle d’échanges de Saint-Roch, par lequel passeront le tramway et le trambus, pourrait être partiellement construit en souterrain.

C’est du moins ce qu’on peut lire dans un appel d’offres publié jeudi dernier par le Réseau de transport de la Capitale (RTC) sur le Système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec (SEAO). L’entreprise sélectionnée devra fournir « les services professionnels pour l’élaboration d’un programme fonctionnel et technique visant la construction du pôle d’échanges Saint-Roch ». Le RTC juge que la valeur du contrat est comprise entre 101 000 et 253 000 $.

Dans ce document, on peut lire que « plusieurs options d’aménagement sont à évaluer : par exemple, une construction du pôle partiellement en souterrain avec un accès via une trémie n’est pas exclue. Seul le tracé du tramway qui sera fourni à l’adjudicataire devra être considéré comme un intrant immuable ».

L’appel d’offres insiste sur « l’importance majeure » du pôle Saint-Roch dans le futur réseau de transport structurant de Québec. Le RTC « compte y diriger un grand nombre de parcours desservant non seulement le nord de l’agglomération, mais également Limoilou et la basse-ville, rappelle-t-on. Le tramway constituera le trait d’union entre la basse-ville et la colline Parlementaire du fait de l’encombrement des voies de circulation dans ce secteur. Un grand nombre de voyageurs pourront transiter par le pôle Saint-Roch pour changer de moyen de transport. »

Appel d’offres annulé

Fait assez rare pour être souligné, l’appel d’offres a été annulé jeudi, à peine quelques minutes après sa publication sur le SEAO.

Rémy Normand, président du RTC, a expliqué « qu’il n’y a pas de complot. C’est un projet complexe. Il y a eu quelques carences de vérifications. Il y a un peu d’arrimage qui a manqué entre le Bureau (de projet), la Ville et le RTC. Des vérifications administratives seront à faire avant de rétrocéder à nouveau à l’appel d’offres ».

L’appel d’offres sera publié de nouveau au début de 2019, a assuré M. Normand.

Ce dernier a refusé de commenter spécifiquement le scénario d’une construction partiellement souterraine du pôle d’échanges.

« Je pourrai en parler quand ça va devenir officiel », nous a-t-il promis.

Le pôle de Saint-Roch sera situé sur les terrains de la Croix-Rouge rachetés récemment par le RTC, à l’intersection de l’extrémité sud de l’autoroute Laurentienne et de la rue de la Croix-Rouge.