/news/politics
Navigation

3,5% de plus de taxes

La plus importante augmentation depuis l’arrivée de Lehouillier en 2013

Gilles Lehouillier
Photo Agence QMI, Simon Clark Gilles Lehouillier, maire de Lévis, a présenté hier le budget 2019 et le PTI 2019-2020-2021 de sa Ville.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la deuxième année de suite, le maire Lehouillier a encore battu son record de hausse du taux de taxes. En 2019, les citoyens et les commerçants de Lévis devront payer 3,5 % de plus par rapport à 2018.

Dévoilés lundi en fin d’après-midi, le budget 2019 de Lévis et le Programme triennal d’immobilisations (PTI) 2019-2020-2021 ont été adoptés en soirée à l’unanimité d’un conseil municipal entièrement contrôlé par des élus de Lévis Force 10, le parti de Gilles Lehouillier.

L’administration municipale a de nouveau expliqué cette hausse de 3,5 % par la nécessité de bonifier les infrastructures dans une municipalité en plein boom immobilier.

« Nous sommes confrontés à la situation suivante : une ville en pleine croissance avec une très faible marge de manœuvre [...] Nous devons investir davantage comme c’est le cas dans les grandes villes en pleine croissance », a indiqué le maire Lehouillier.

Dans un communiqué de presse, la municipalité a affirmé que « bien qu’un travail rigoureux de réduction des dépenses ait été réalisé, l’administration municipale a dû faire ce choix difficile ».

La faute au gouvernement

Il y a un an, M. Lehouillier disait espérer pouvoir limiter la hausse des taxes au niveau de l’inflation (2,1 % projetés pour 2019).

Pour expliquer son échec, le maire a notamment évoqué « la faible participation ou l’absence de participation gouvernementale à certains projets névralgiques tels que le viaduc Saint-Rédempteur. C’est un gouvernement à deux vitesses. »

En 2019, « par souci d’équité », Lévis a d’ailleurs uniformisé sa hausse de 3,5 % au résidentiel, au commercial et aux bâtiments industriels.

La municipalité a malgré tout tenu à rappeler que sa charge fiscale demeure une des plus faibles parmi les 10 plus grandes villes québécoises.

Pour une maison évaluée à 288 000 $, l’augmentation annuelle moyenne des taxes sera de 94 $, à Lévis, en 2019 (voir la répartition, par secteur, sur le tableau).

PTI encore en hausse

Le Programme triennal d’immobilisations (PTI) 2019-2020-2021 totalise 358,3 millions $, en hausse par rapport aux 330 millions $ de l’an dernier.

Ce PTI « se démarque par un plan sans précédent de mise à niveau des axes routiers (50 millions $) et des infrastructures d’aqueduc et d’égouts (66 millions $) », a soutenu le maire Lehouillier.

En date du 31 décembre 2017, la dette consolidée de Lévis s’élevait à 443 millions $ sur des actifs de 1,58 milliard $.

La dette devrait commencer à baisser à partir de 2027-2028, espère la municipalité.

TAXES RÉSIDENTIELLES 2019*

Hausse par secteur

  • Charny : 3,9 %
  • Ex-Lévis : 3,1 %
  • Pintendre : 3,5 %
  • Saint-Étienne-de-Lauzon : 3,8 %
  • Saint-Jean-Chrysostome : 3,8 %
  • Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy : 4 %
  • Saint-Nicolas : 3,7 %
  • Saint-Rédempteur : 3,9 %
  • Saint-Romuald : 3,5 %
  • Sainte-Hélène-de-Breakeyville : 3,8 %
  • Moyenne de la Ville : 3,5 %

*Pour une résidence unifamiliale évaluée à 288 000 $

Source : Ville de Lévis