/news/education
Navigation

Des classes francophones dans des écoles anglophones

Des classes francophones dans des écoles anglophones
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Coup d'oeil sur cet article

Dès janvier prochain, le gouvernement Legault ouvrira des classes pour élèves francophones dans des établissements de langue anglaise.

La mesure vise à désengorger le réseau d’écoles de langue française, alors que des classes sont libres dans les établissements anglophones, explique le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
Photo Simon Clark
Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge

«Il y a en ce moment, dans le réseau anglophone, plusieurs classes qui sont libres, fait-il valoir. Dès janvier 2019, il y aura des classes qui seront louées. Donc, dans le réseau anglophone, il y aura de la location de classes qui se fera au réseau francophone.»

Jean-François Roberge a révélé que les commissions scolaires Lester-B.-Pearson et Marguerite-Bourgeoys, à Montréal, pourraient notamment s’échanger des élèves l’an prochain.

Un réseau qui déborde

«Ce qui n'est pas acceptable, c'est d'avoir des écoles bondées, des écoles où il n'y a plus de locaux pour des services professionnels, où il n'y a plus de cafétéria, il n'y a plus de local d'informatique, il n'y a plus de bibliothèque, et, un kilomètre plus loin, une école avec cinq, six, 15, 20 classes de libres, explique Jean-François Roberge. On travaille avec des solutions, mais ce n'est pas vrai qu'il y a une pénurie de locaux à la grandeur non plus. Plus on creuse, plus on trouve des solutions.»

À plus long terme, le ministère de l’Éducation planche aussi sur des scénarios de «cessions d'immeubles» entre commissions scolaires francophones et anglophones, a ajouté le ministre. «La location de classes, c'est un scénario qui est davantage temporaire, puis le transfert d'établissements, ça sera sans doute la mesure [vers] laquelle on se dirigera éventuellement», dit-il.

Outre les besoins actuels, l’ouverture de locaux dans le réseau anglophone servira également à répondre à la population croissante dans certaines régions en raison de l’immigration, en plus de remplir la promesse de la CAQ, de créer environ 5000 classes de prématernelle 4 ans. «C'est un dossier qui touche tous les élèves qui sont en attente d'une place, d'une classe, d'une chaise, d'un pupitre», souligne Jean-François Roberge.

Des sommes pour les universités en région

Le ministre Roberge a fait ces commentaires en marge de l’annonce d’une enveloppe de 7,5 millions de dollars pour les universités en région du réseau de l’Université du Québec.

Celles-ci avaient appris avec étonnement que leur financement pour le développement régional avait été coupé lors de la récente réforme du financement du précédent gouvernement libéral. «On vient corriger une erreur, essentiellement», a commenté le ministre.

La compression était de 15 millions de dollars, mais Jean-François Roberge affirme que le ministère a pu «grappiller» les fonds de tiroir pour couvrir une partie des pertes.

Sans s’engager à refinancer les universités en région pour les prochaines années, le ministre Roberge souligne que son gouvernement travaille à «améliorer la formule de financement et refinancer le réseau dans une perspective de développement régional». «Voyant le geste qu'on pose aujourd'hui, je n'ai pas l'impression qu'elles sont dans une grande inquiétude pour l'avenir», dit-il.