/news/politics
Navigation

Projet d’agrandissement menacé à Saint-Augustin

Cri du cœur de la communauté à Saint-Augustin pour l’école des Pionniers

Projet d’agrandissement menacé à Saint-Augustin
Photo Jean-Luc Lavallée

Coup d'oeil sur cet article

Parents, enfants, enseignants et commissaires se sont mobilisés à la dernière minute, mardi soir, pour dénoncer une décision du conseil municipal de Saint-Augustin qui compromet le projet d’agrandissement de l’école des Pionniers.

Après avoir appris en fin de journée qu’une aide financière de la municipalité n’apparaissait pas dans le Plan d’investissement quinquennal déposé le soir-même, des dizaines de personnes qui gravitent dans le milieu scolaire se sont pointées à l’hôtel de ville pour manifester leur mécontentement.

«C’est une situation bouleversante. Je ne vous cacherai pas que je suis émotif», a lancé le directeur de l’école Jasmin Bélanger. «Il y a des centaines de milliers de dollars investis dans les firmes d’ingénieurs et d’architectes. Les plans sont prêts et là, on a un blocage !», a-t-il pesté, incrédule.

L’aide de la Ville est «essentielle»

Le projet d’agrandissement du pavillon Laure-Gaudreault (environ 10 M$) a été autorisé par le ministère de l’Éducation et la Commission scolaire des Découvreurs qui financera en grande partie le chantier. Sa réalisation est toutefois conditionnelle à la participation financière de la Ville, évaluée à 1,7 M$, a-t-on confirmé hier soir, en vertu d’une entente signée avec le ministère.

«Le pavillon Laure-Gaudreault est plein, à pleine capacité. Le gymnase n’est pas suffisant. Nous sommes à l’étroit et c’est pour ça que l’agrandissement est nécessaire. On ne comprend pas pourquoi, ce soir, vous vous apprêtez à retirer vos billes. Votre participation est essentielle. Si vous n’êtes pas là, le projet tombe à plat. Est-ce que le train pourra repasser plus tard ? Ce n’est pas évident. Il faut saisir l’occasion quand elle est là», a témoigné la commissaire Roseline Drolet.

Témoignage de parents

Pierre-Luc Hudon, un père de famille, a lui aussi livré un vibrant plaidoyer au micro, durant la séance du conseil de ville. «Je suis ici pour mon garçon qui s’en va en secondaire 1 l’an prochain. Il a toujours refusé d’aller visiter d’autres écoles. À cause de tout ce qui était dans l’air et des promesses de la Ville pour cet engagement-là. En refusant d’aller de l’avant, j’ai l’impression qu’on peut dire à nos enfants : "Vous pouvez fuir, on ne tient pas à vous autres"», a-t-il laissé tomber, suscitant de vifs applaudissements.

«C’est une des seules écoles qui a tous les niveaux d’enseignement dans la même entité ; c’est trois pavillons, du préscolaire jusqu’au 5e secondaire. Les gens de Saint-Augustin, c’est ça qu’ils veulent : avoir leur école sur leur territoire», a renchéri Richard Boulay.

Situation financière précaire

«Il y a 8 500 payeurs de taxes à Saint-Augustin. Ça représente environ 235 $ par porte», a fait valoir le maire Sylvain Juneau pour justifier sa décision de retirer l’aide financière, rappelant la dette imposante de la Ville.

«Pour ce qui est de l’école des Pionniers, Corriveau et ses comparses ont promis 2,2 millions $, sans avoir d’argent dans le compte. L’entente qui a été signée il y a 5 ans est échue. L’éducation n’est pas une compétente municipale, mais provinciale», avait gazouillé le conseiller Yannick Lebrasseur sur Twitter, plus tôt dans la soirée.

Le maire s’est néanmoins dit ouvert à reprendre les discussions et a précisé que l’adoption du PQI, en soirée, ne signifiait pas l’arrêt de mort officiel du projet. La Ville n’est pas obligée de le suivre à la lettre, a-t-il indiqué. «Ce que je peux vous dire, c’est qu’on est prêt à vous écouter. On se parlera chacun de nos situations et des difficultés qu’on rencontre. Il y a peut-être de la place pour que le gouvernement s’en mêle», a ajouté M. Juneau.

«Ce n’est pas satisfaisant mais il reste un peu d’espoir. Au moins, il y a une petite porte ouverte», a réagi la commissaire Roseline Drolet en fin de soirée.

Actuellement, le pavillon Laure-Gaudreault a une capacité de 370 élèves. Le projet d’agrandissement prévoit augmenter la capacité d’accueil à 600 places et permettrait aux élèves de secondaire 4 et 5 de pratiquer leurs sports dans un gymnase double flambant neuf.